La jeunesse existe-t-elle ?

25 février 2009 - Pour de nombreuses raisons, les jeunes ne forment pas un groupe unifié avec des pratiques et des valeurs si communes que cela. Une analyse de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités.


Qui sont les jeunes ?

Cet article fait partie d’un dossier, réalisé par l’Observatoire des inégalités en partenariat avec Jeunesses en régions, qui dresse le portrait des 15-30 ans, aux premières loges de la crise de l’emploi et du mal logement.

« La jeunesse n’est qu’un mot », écrivait le sociologue Pierre Bourdieu [1]en 1978. De fait, si la grande majorité des commentateurs considère que parler « des jeunes » va de soi, l’affaire est bien plus compliquée qu’on le dit souvent. Pour de nombreuses raisons, les jeunes ne forment pas un groupe unifié avec des pratiques et des valeurs si communes que cela.

Tout d’abord, parce que personne ne sait dire vraiment à quel âge on doit parler de jeunes. Où finit l’enfance et quand commence la jeunesse ? L’adolescent est-il vraiment un jeune ou reste-t-il un enfant ? En pratique, on utilise souvent la tranche commode des 15-24 ans. On aurait pu tout aussi bien adopter l’âge de la majorité légale, 18 ans, comme limite basse, un âge à partir duquel le nombre de personnes sorties du système scolaire commence à augmenter nettement.

Tous les scientifiques n’adoptent pas les mêmes concepts. Certaines études sur les adolescents traitent des 11-19 ans, mais parlent aussi de « jeunes ». De même, il est difficile de mettre une fin à la jeunesse. Ainsi, on peut penser que 28 ans - l’âge moyen, en France, des mères à la première naissance - serait un bon indicateur de l’achèvement de cette période. Les hésitations des politiques publiques vis-à-vis des limites d’âge au cinéma est symbolique de cette recherche d’une forme d’âge adulte, avec toute la difficulté de la définition de critères : tout le monde est d’accord sur la nécessité de fixer une barre, mais où la placer ?
Dans son ouvrage « Les jeunes » [2], l’Insee allonge l’âge de la jeunesse, tant l’âge de 24 ans ne semble plus être une barre pertinente… et traite des 15-29 ans. Par commodité, nous reprendrons dans l’ensemble des fiches le plus souvent la fourchette 15-24 ans qui demeure la plus utilisée, même si, dans les faits elle n’est pas toujours la plus conforme à la réalité sociale.

Une raison plus profonde encore rend difficile de parler des jeunes comme un tout. L’élévation des niveaux de vie et du niveau d’éducation a en partie homogénéisé les pratiques de consommation et les modes de vie, mais en partie seulement. Si le cadre est commun à tous, les jeunes sont loin d’être tous logés à la même enseigne », écrivent les sociologues Christian Baudelot et Roger Establet [3] .

Prenons les jeunes à 20 ans (voir tableau) : 28 % exercent un emploi, 10 % sont au chômage, 56 % étudient et 5 % ne sont ni à l’école ni dans la vie professionnelle. Le grand clivage passe entre les milieux sociaux. « Les protections sont différenciées selon les groupes sociaux et l’aide que l’on peut attendre de la famille : aide matérielle, aide relationnelle et mobilisation de réseaux, aide intellectuelle dans le soutien aux études », continuent les sociologues. Toute la difficulté de l’analyse est de combiner âge et milieu social. Entre l’intérimaire du bâtiment et l’élève d’une grande école parisienne dont les parents financent les études, les modes de vie sont souvent totalement opposés. Les pratiques culturelles sont trompeuses pour le monde des adultes qui y voit l’uniformité. Vêtements, goûts musicaux, langage, loisirs diffèrent selon les milieux sociaux.

Les fils et filles d’ouvriers ou d’employés ont en moyenne des scolarités plus courtes et mettent plus de temps pour trouver un emploi stable, alors que les enfants de cadres supérieurs restent plus longtemps sur les bancs de l’école et trouvent du travail plus rapidement.

Avant de parler de « jeunes », il faut donc prendre des précautions. Sans doute, la jeunesse partage des éléments en commun, plus réceptive aux nouveautés, à la musique ou aux nouvelles technologies par exemple, mais aussi plus sensible à la conjoncture du marché du travail et davantage frappée par le renchérissement du coût du logement. Il n’en demeure pas moins qu’il serait un profond contresens de ne pas observer, à l’intérieur de cette jeunesse, des divergences énormes. De l’école à l’emploi en passant par la santé, les loisirs ou le logement, de très nombreux jeunes connaissent d’abord les difficultés que rencontrent toutes les personnes issues de milieux peu favorisés.

Quelle est la différence entre âge et génération ?

Quand on parle de « jeunes », on mélange souvent deux concepts différents : celui d’âge, et celui de génération. L’âge situe un individu à un moment donné sur l’échelle de sa vie. La génération situe l’individu à partir de sa date de naissance et du contexte historique. On change d’âge, mais jamais de génération. Certains phénomènes sociaux sont liés à l’âge et à la génération de façon plus ou moins indépendante. Prenons l’exemple de la durée d’écoute de la télévision. Elle dépend d’un effet de génération : en moyenne, les nouvelles générations la regardent davantage. Mais aussi d’un effet d’âge : en moyenne, les adultes la regardent moins que les personnes âgées.

Photo / Fotolia

Notes

[1Entretien avec Anne-Marie Métailé, repris in Pierre Bourdieu, Questions de sociologie, Minuit, 1984.

[2« les jeunes », Insee, coll. Contours et caractères, éd. 2000.

[3Christian Baudelot et Roger Establet, « Une jeunesse en panne d’avenir », in Daniel Cohen (dir.), Une jeunesse difficile, Éditions de la rue d’Ulm, 2007.

Date de rédaction le 25 février 2009

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

Déserts médicaux : une première cartographie

8 août 2017
8 % des français vivent dans une commune « sous-dense » en médecins généralistes. Parmi eux, 300 000 personnes sont également éloignés d’un service d’urgence et à plus de 10 minutes d’une pharmacie. L’analyse de Xavier Molénat, extrait d’Alternatives Économiques.

Une médecine de classe

26 juin 2017
La médecine française demeure une médecine de classe. Elle ne soigne pas de la même façon les malades selon leur origine sociale. Un point de vue de Maud Gelly et Laure Pitti, sociologues, extrait de la revue Agone.

Changeons les règles du jeu

25 avril 2017
Retard scolaire des élèves de milieux modestes, discriminations dans l’accès au logement, salaires plus faibles des femmes : il est temps de changer les règles du jeu. Tel est le message du film réalisé par l’agence Herezie pour l’Observatoire des inégalités. À partager massivement.

Hétérosexuels et homosexuels : histoire d’une lente évolution vers l’égalité

3 février 2017
Jusqu’en 1990, l’homosexualité était considérée comme une maladie mentale par l’Organisation mondiale de la santé. Histoire d’une lente évolution vers l’égalité.

Hétérosexualité/homosexualité : « passer de la question du droit à la question des normes », entretien avec Sébastien Chauvin, sociologue.

15 décembre 2016
Le mariage pour tous constitue une avancée réelle pour l’égalité des droits entre hétérosexuels et homosexuels. Le combat à venir est un combat contre l’institution de l’hétérosexualité comme norme de référence. Entretien avec Sébastien Chauvin, sociologue au Centre en études Genre de l’université de Lausanne.

Portrait social des familles monoparentales

13 décembre 2016
Le nombre de familles monoparentales a doublé durant ces vingt dernières années, de 950 000 en 1990 à 1,8 million en 2013. Qui sont ces familles ? Quelle est leur situation au regard de la pauvreté, de l’emploi ou encore du logement ? Leur portrait social, par Valérie Schneider.

Mal-logement : aux racines de l’inquiétude

19 août 2016
Depuis les années 1970, les conditions de logement s’améliorent globalement. Comment expliquer alors que le mal-logement continue à faire débat ? Article extrait du Centre d’observation de la société.

Un toit pour tous

12 août 2016
Les conditions de logement se sont améliorées au cours des dernières décennies. Pourtant, il reste 3,8 millions de personnes mal logées aujourd’hui en France.

Les plus aisés sont davantage aidés pour partir en vacances

28 juillet 2016
De nombreuses aides existent pour partir en vacances mais elles ne réduisent que faiblement les inégalités entre catégories sociales. En cause : les différences de statut dans l’emploi, la taille de l’entreprise pour les salariés, mais aussi le réseau social, le niveau de vie ou le diplôme. Par Valérie Schneider.

La rupture conjugale, une épreuve économique pour les femmes

17 mai 2016
300 000 couples se séparent chaque année, dont la moitié ont des enfants mineurs à charge. Ces ruptures entraînent une baisse du niveau de vie, qui touche d’abord les femmes. L’analyse de Xavier Molénat, reprise du site AlterEcoplus.

FERMER