Immigrés et étrangers : le deuxième dossier de l’Observatoire est paru

14 avril 2009 - L’Observatoire des inégalités publie le deuxième numéro de ses dossiers. Consacré aux immigrés et étrangers, il fournit un panorama des inégalités et des discriminations subies par ces populations dans tous les domaines.


Comment vivent les immigrés et étrangers en France ? Sont-ils vraiment à égalité avec les autres citoyens ? Quelle est la part des discriminations auxquelles ils sont confrontés et la part des inégalités sociales ? Ce document tente de répondre aux questions clés sur le sujet. Il propose une synthèse des derniers éléments et chiffres connus.

Pour commander : Dossier de l’Observatoire, n°2, avril 2009, 36 p., 3,5 €

Pour en savoir plus :

Introduction : Immigrés et étrangers, entre discriminations et inégalités sociales.

La France est un bien étrange pays. Tout en durcissant les conditions d’entrée et de séjour dans l’Hexagone, notre pays met de plus en plus en avant les discriminations dont sont victimes certaines minorités d’origine étrangère. Non sans hypocrisie, la France souhaite trier les « bons » immigrés, ceux qui sont diplômés et qui viennent travailler sans leur famille, des « mauvais », ceux qui rejoignent leur conjoint en France ou qui entrent de façon irrégulière. De même, notre pays se targue d’être la patrie des droits de l’Homme, et en même temps le ministre de l’Immigration se félicite de la diminution du nombre de demandeurs d’asile.

La distinction Français-étrangers, que nous utilisons par souci de simplification est très imparfaite. Elle ne colle pas toujours avec la réalité. Parmi les étrangers, tous ne subissent pas le même degré de discrimination, selon l’origine, le patronyme ou la couleur de la peau. A l’inverse, une partie de la population vivant en France, originaire d’Afrique (ayant acquis parfois de longue date la nationalité française) ou des Antilles, par exemple, n’a rien d’étrangère mais connaît le même type de situation.
Par étranger, il faut entendre l’« Autre », car il s’agit plus de perception que d’une réalité.

Il n’est pas facile de démêler l’écheveau des inégalités dont sont victimes les étrangers ou les minorités visibles. Deux facteurs se cumulent. Tout d’abord des discriminations strictes, au faciès ou au patronyme, dans l’emploi, le logement, la vie de tous les jours... Le développement des enquêtes de testing et quelques travaux statistiques ponctuels montrent désormais clairement l’existence de discriminations.
Toutefois, l’état des discriminations reste difficile à quantifier et il est très difficile d’en connaître l’évolution ou de comparer la France à d’autres pays faute d’indicateurs homogènes dans le temps et entre les pays.

Mais ces populations doivent surmonter un handicap encore plus lourd qui frappe l’ensemble des couches défavorisées : leur situation sociale. La lutte contre les discriminations et la promotion de la diversité sont des bonnes choses, sauf si elles servent à éviter de réfléchir davantage et de remettre en cause des privilèges plus profonds dont disposent les milieux favorisés. La position sociale, le niveau de vie   des étrangers qui vivent en France sont en premier lieu déterminés par des niveaux de qualification moindre. A l’école par exemple, les enfants d’origine immigrée réussissent aussi bien que les autres, à origine sociale équivalente. Ce sont d’abord leurs revenus inférieurs et des statuts plus précaires qui les empêchent d’accéder à un logement convenable.

Sans vouloir minimiser les discriminations, qui existent bel et bien, leur
suppression totale ne rétablirait pas l’égalité entre un fils d’ouvrier et un fils de cadre supérieur. En outre, comme rappelait le président de la Halde, Louis Schweitzer, « diversité n’est pas toujours synonyme d’égalité » parce qu’il ne suffit pas d’avoir des Africains dans son personnel pour qu’ils soient traités à égalité.

Noam Leandri, secrétaire genéral de l’Observatoire des inégalités.

  • Lire les premières pages du document  :
PDF - 619.3 ko

Pour commander : Dossier de l’Observatoire, n°2, avril 2009, 36 p., 3,5 €

Date de rédaction le 14 avril 2009

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

Pour défendre l’égalité, les jeunes ont du talent

23 mai 2017
Un mois après l’annonce des équipes lauréates du Prix « Jeunesse pour l’égalité » 2017, nous vous proposons une sélection de vidéos réalisées dans le cadre du notre concours annuel parce que #LesJeunesOntDuTalent.

Prix « Jeunesse pour l’égalité » : qui sont les lauréats ?

28 mars 2017
La quatrième cérémonie de remise des prix du concours « Jeunesse pour l’égalité » organisé par l’Observatoire des inégalités s’est déroulée mercredi 22 mars dernier, dans la salle du Conseil de l’Hôtel de Ville de Paris. Un lieu hautement symbolique pour les 250 jeunes présents qui ont occupé, quelques heures durant, les sièges des élus parisiens. Découvrez les (...)

Prix « Jeunesse pour l’égalité » 2017 : la liste des nominés

13 février 2017
L’Observatoire des inégalités publie la liste des nominés pour le Prix « Jeunesse pour l’égalité » 2017. Et maintenant, en route pour la remise des prix le 22 mars prochain.

Participe au Prix « Jeunesse pour l’égalité » 2016-2017 ! « Tous égaux ? »

12 septembre 2016
À vos caméras, appareils photo, téléphones, ordinateurs… ! L’Observatoire des inégalités lance la quatrième édition du Prix « Jeunesse pour l’égalité », un concours de communication visuelle ouvert aux jeunes de 11 à 25 ans sur le thème « Tous égaux ? ».

« Que faire contre les inégalités ? » : la campagne continue

19 août 2016
Avec plus de 20 000 euros collectés, notre seconde campagne de financement participatif est un nouveau succès. L’Observatoire des inégalités vous remercie et vous en dit un peu plus sur ses projets.

L’égalité n’a pas à être « performante »

29 janvier 2016
Plus de femmes ou d’immigrés, c’est « bon pour la croissance » ? Défendre l’égalité au nom de la « performance » est une démission politique. L’égalité doit rester un principe sans conditions, non soumis à la loi du marché. Une analyse de Réjane Sénac, chargée de recherche CNRS au Centre de recherches politiques de Sciences Po - (...)

Prix « Jeunesse pour l’égalité » : découvrez les lauréats 2015

15 décembre 2015
Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, a remis en personne le mercredi 9 décembre les prix aux grands gagnants 2015 de la troisième édition du concours « Jeunesse pour l’égalité ». Découvrez les lauréats.

Le 3e prix « Jeunesse pour l’égalité » est terminé !

27 novembre 2015
D’année en année, les jeunes sont toujours plus nombreux à participer à ce concours qui leur est spécialement destiné : 228 œuvres nous sont parvenues des quatre coins de la planète cette année : de Cali en Colombie, à Porto au Portugal en passant par Istanbul et New-York, Tours ou Palaiseau. Découvrez les finalistes (...)

La France aux deux visages

14 novembre 2014
Le paysage dressé par les données de l’Observatoire des inégalités est double. D’un côté, la France du progrès. De l’autre, celle pour qui ces progrès sont de moins en moins bien partagés. L’Observatoire des inégalités publie une note de synthèse sur les écarts qui se creusent dans notre société.

Stéréotypes : la face invisible des inégalités

22 avril 2014
En assignant des places toutes faites à certaines populations, les stéréotypes jouent un rôle essentiel dans la production des inégalités. Nina Schmidt, de l’Observatoire des inégalités, analyse le fonctionnement de ces processus invisibles.

FERMER