Les seuils de pauvreté en France

26 août 2016 - En France, un individu est considéré comme pauvre quand ses revenus mensuels sont inférieurs à 833 ou 1 000 euros selon le seuil de pauvreté adopté.


En France, un individu est considéré comme pauvre quand ses revenus mensuels sont inférieurs à 833 ou 1 000 euros après impôts et prestations sociales (Insee, données 2013), selon la définition de la pauvreté utilisée (seuil à 50 % ou à 60 % du niveau de vie   médian  ). Depuis 2009, le seuil de pauvreté baisse, du fait de la baisse du niveau de vie médian [1]. En 2013, le seuil à 60 % a perdu 15 euros par rapport à 2009 ; le seuil à 50 %, 13 euros.

Entre 1970 et 2009, le seuil de pauvreté à 50 % avait un peu plus que doublé de 410 à 850 euros (en euros constants, c’est-à-dire une fois que l’on a retiré l’inflation). Cette évolution est due à l’utilisation d’une définition relative de la pauvreté : le seuil de pauvreté dépend de la richesse de notre société. En dépit du ralentissement de la croissance depuis les années 1970, la France a continué alors à s’enrichir.

Depuis les années 1970, le niveau de vie médian a été multiplié par deux (une fois l’inflation retirée). Cela signifie que le seuil de pauvreté d’aujourd’hui mesuré à 50 % du niveau de vie médian est ni plus ni moins équivalent au niveau de vie médian de 1970. Autrement dit, une partie des pauvres d’aujourd’hui dispose de niveaux de vie   proches de ceux des classes moyennes de l’époque. On touche du doigt les effets de la croissance.

Mais depuis les années 2000, l’élévation du seuil de pauvreté n’est plus linéaire. Le milieu des années 2000 a été marqué par une première baisse du seuil et c’est à nouveau le cas depuis 2009, avec un mouvement qui s’est accentué en 2012. La crise est telle que le niveau de vie médian baisse, et donc le seuil de pauvreté calculé en proportion [2] ! De façon paradoxale, un certain nombre de pauvres de 2012 n’ont plus été comptabilisés comme tels en 2013 alors que leurs revenus n’ont pas bougé. Les difficultés se généralisent et commencent à toucher les classes moyennes, ce qui fait baisser la pauvreté : c’est la logique d’une mesure relative.


Avertissement : l’Insee ayant introduit des ruptures de série en 2010 et 2012, nous avons recalculé les seuils en tenant compte de ces ruptures pour permettre les comparaisons dans le temps, impossibles sinon. Nos données différent donc légèrement de celles diffusées par l’Insee.

Le seuil, selon le type de ménage

Pour tenir compte de la composition des ménages, on élève le seuil de pauvreté en fonction du nombre de personnes du foyer (adultes et enfants selon leur âge). On passe alors du revenu disponible   au niveau de vie dans le langage de l’Insee. Par exemple, un couple avec deux enfants en bas âge est pauvre si ses ressources ne dépassent pas 1 750 euros ou 2 100 euros selon que l’on considère respectivement le seuil à 50 % ou à 60 % du niveau de vie médian (données 2013).


Seuils de pauvreté mensuels selon le type de ménage
Unité : euros
Seuil à 60 %
Seuil à 50 %
Seuil à 40 %
Personnes seules1 000833667
Familles monop. avec un enfant de - de 14 ans1 3001 083867
Couples sans enfant1 5001 2501 000
Couples avec deux enfants de - de 14 ans2 1001 7501 400
Couples avec deux enfants de + de 14 ans2 5002 0831 667
Source : Insee - Données 2013 - © Observatoire des inégalités, France métropolitaine
Définir le seuil de pauvreté
En France et en Europe, le seuil de pauvreté est fixé de façon relative [3]. On considère comme pauvre une personne dont les revenus sont inférieurs à un certain pourcentage du revenu dit « médian ». Ce revenu médian est celui qui partage la population en deux, autant gagne moins, autant gagne davantage. Quand le revenu médian augmente, le seuil de pauvreté s’accroît donc. Ce pourcentage est de plus en plus souvent fixé à 60 % du revenu médian, alors que jusqu’en 2008, le seuil à 50 % était le plus couramment utilisé en France. Aucun seuil n’est plus objectif qu’un autre, il s’agit d’une convention statistique. On peut tout aussi bien opter pour un seuil à 40 % ou à 70 %.

Pour en savoir plus :

Photo / © Sergej Minaev - Fotolia.com

Notes

[1Voir 200 000 pauvres en moins en 2012, comment est-ce possible ?, Centre d’observation de la société, septembre 2014.

[2Pour comprendre le phénomène, lire notre article.

[3Pour une définition plus complète, lire notre article.

Date de rédaction le 11 octobre 2013

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

Toujours plus d’allocataires de minima sociaux

13 mai 2016
1,9 million de personnes touchent le RSA, au total quatre millions de personnes sont allocataires de minima sociaux. Ces chiffres ne cessent d’augmenter. Avec les ayants droit, un peu plus de six millions de personnes vivent de ce type de prestations.

La pauvreté progresse en France

29 mars 2016
La France compte entre 4,9 et 8,5 millions de pauvres selon la définition adoptée. Entre 2004 et 2013, le nombre de personnes concernées a augmenté d’un million au seuil à 50 % du revenu médian, principalement sous l’effet de la progression du chômage.

C’est quoi, être pauvre ?

12 février 2016
La pauvreté est une question de revenus, mais aussi de conditions de vie. Etre pauvre, c’est également être victime de privations matérielles. Près de 13 % des Français sont dans ce cas.

Un million de travailleurs pauvres en France

17 décembre 2015
Un million de travailleurs vivent avec à peine plus de 800 euros par mois notamment du fait du temps partiel contraint.

La misère persiste en France, l’un des pays les plus riches au monde

16 octobre 2015
La France compte deux millions de personnes vivant avec moins de 667 euros par mois, 3,8 millions de mal-logés et 3,9 millions de bénéficiaires de l’aide alimentaire. La grande pauvreté persiste en France.

La pauvreté selon le type de ménage

29 mai 2015
20 % de personnes vivant dans une famille monoparentale sont pauvres contre 7 % de celles vivant dans un couple avec un ou plusieurs enfants. La pauvreté varie selon la composition de la famille.

La pauvreté selon l’activité

29 mai 2015
La moitié des personnes pauvres sont inactives ou retraitées. 3 % des salariés sont pauvres mais ils représentent près de 21 % de l’ensemble des plus modestes.

La pauvreté selon l’âge

9 janvier 2015
Un peu plus de la moitié des personnes pauvres a moins de 30 ans. Les plus de 60 ans sont moins touchés mais ils ont peu d’espoir, contrairement aux moins âgés, de voir leur situation s’améliorer.

La pauvreté selon le sexe

26 novembre 2013
Le taux de pauvreté féminin était de 8,2 % en 2011, tous âges confondus, contre 7,7 % pour les hommes. Après 75 ans, il y a deux fois plus de femmes pauvres que d’hommes.

La pauvreté augmente chez les jeunes mais aussi chez les seniors

8 décembre 2012
10,8 % des 18-29 ans sont considérés comme pauvres en 2010, au seuil de 50 % du revenu médian, contre 7,8 % de l’ensemble de la population en moyenne. Le nombre de pauvres augmente chez les jeunes, mais aussi chez les plus âgés.

FERMER