Quelles sont les villes les plus inégalitaires de France ?

19 mai 2017 - Le classement des villes les plus inégalitaires est composé pour l’essentiel de villes très aisées de la banlieue ouest de Paris. S’y ajoutent quelques communes où des personnes très pauvres cohabitent avec une population mieux lotie. Un article extrait du Centre d’observation de la société.


Neuilly-sur-Seine, Paris, Boulogne-Billancourt : tel est le trio des villes les plus inégalitaires selon le rapport dit « interdécile » qui divise le revenu minimum des 10 % les plus riches [1] par celui maximum des 10 % les plus pauvres. Neuilly-sur-Seine, la ville la plus inégalitaire, surclasse les autres : le seuil d’entrée au sein des 10 % les plus riches y est presque huit fois supérieur au revenu maximum des 10 % les plus pauvres. Paris, seconde au classement, n’est « qu’à » 6,6 fois plus. Dans les villes qui suivent (Boulogne-Billancourt, Annemasse, etc.), le seuil des 10 % les plus riches est 5 fois supérieur au plafond des 10 % les plus pauvres, contre 3,5 fois en moyenne pour la France métropolitaine.

Villes où le rapport interdécile* est le plus élevé

Neuilly-sur-Seine7,8
Paris6,6
Boulogne-Billancourt5,4
Annemasse5,4
Saint-Mandé5,2
Saint-Cloud5,1
Asnières-sur-Seine5,0
Levallois-Perret4,9
Sèvres4,9
Suresnes4,8
Bois-Colombes4,7
Villemomble4,7
Colombes4,7
Montreuil-sous-Bois4,7
Saint-Germain-en-Laye4,6
Courbevoie4,6
Nancy4,6
Puteaux4,5
Meudon4,5
Pantin4,5
* Niveau de vie minimum des 10 % les plus aisés rapporté au niveau de vie maximum des 10 % les plus pauvres. Communes de plus de 20 000 habitants.
Source : Insee – Données 2013 – © Observatoire des inégalités

La position de Neuilly-sur-Seine est particulière car les plus aisés ont un niveau de vie exceptionnel. Le seuil d’entrée au sein des 10 % les plus riches est de 107 000 euros par an (après impôts et prestations sociales) pour une personne seule, contre 61 000 euros à Saint-Cloud (autre ville de banlieue parisienne). Notre classement, selon l’écart interdécile (la différence en euros entre les très riches et les très pauvres), fait ressortir les villes les plus aisées de France : Neuilly-sur-Seine, mais aussi Saint-Cloud, Saint-Mandé, Boulogne-Billancourt, Paris, etc. Elles se situent toutes en banlieue parisienne. Encore faut-il prendre en compte l’effet des découpages administratifs : les 6e, 7e, 8e et 16e arrondissements parisiens n’apparaissent pas dans notre classement alors qu’ils se situent au niveau de Neuilly-sur-Seine et que les inégalités y sont encore plus grandes (le rapport interdécile y est de 9).

Villes où l'écart interdécile* est le plus élevé
Unité : euros

Neuilly-sur-Seine93 808
Saint-Cloud61 456
Saint-Mandé54 683
Boulogne-Billancourt54 068
Paris53 765
Sèvres50 689
Levallois-Perret50 005
Maisons-Laffitte49 738
Saint-Germain-en-Laye49 085
La Celle-Saint-Cloud47 929
Suresnes46 331
Rueil-Malmaison46 233
Versailles46 191
Nogent-sur-Marne45 575
Meudon45 173
Chatou44 250
Vincennes44 049
Le Chesnay43 626
Saint-Maur-des-Fossés42 950
Courbevoie42 708
* Écart en euros entre le niveau de vie minimum des 10 % les plus aisés et le niveau de vie maximum des 10 % les plus pauvres. Communes de plus de 20 000 habitants.
Source : Insee – Données 2013 – © Observatoire des inégalités

Les villes les plus inégalitaires sont les villes où la population est la plus aisée. Pourtant, le classement cache des formes différentes d’inégalités de niveau de vie. Ainsi, Annemasse (banlieue de Genève), quatrième ville la plus inégalitaire selon le rapport interdécile, est assez différente des communes de l’Ouest parisien : les pauvres ont un revenu très inférieur à la moyenne nationale et les plus riches ne se situent pas au niveau des villes privilégiées d’Île-de-France. Dans certaines villes, les pauvres sont particulièrement pauvres, mais on y trouve tout de même une population assez aisée. C’est le cas de Montreuil-sous-Bois (Seine-Saint-Denis, en 14e position selon le rapport interdécile) où le seuil des 10 % les plus pauvres est parmi les plus bas de France alors que le seuil des plus riches, très loin d’atteindre le niveau de la banlieue ouest de Paris, est supérieur à celui des communes les plus pauvres. Cette situation prévaut dans un assez grand nombre de communes de banlieue de l’Est parisien.

Le Grand-Quevilly (76), Couëron (44) et Coudekerque-Branche (59) sont les villes les plus égalitaires selon le rapport interdécile. L’égalité prend là aussi des formes différentes. D’abord, des communes comme Le Grand-Quevilly, Couëron ou Saint-Médard-en-Jalles (33), que l’on pourrait qualifier de « villes classes moyennes » : les pauvres sont plutôt moins pauvres et les riches moins riches qu’ailleurs, d’où de moindres inégalités. Ensuite, des communes peu favorisées du Nord (Grande-Synthe, Coudekerque-Branche, Wattrelos) : le seuil des 10 % les plus riches est loin derrière celui des villes les plus riches et les pauvres sont un peu moins pauvres que dans les villes les plus déshéritées.

Villes où le rapport interdécile* est le plus faible

Le Grand-Quevilly2,4
Couëron2,5
Coudekerque-Branche2,7
Grande-Synthe2,7
Wattrelos2,7
Saint-Sébastien-sur-Loire2,7
Rezé2,8
Saint-Médard-en-Jalles2,8
Lanester2,9
Les Pennes-Mirabeau2,9
Villenave d'Ornon2,9
Vertou2,9
Hazebrouck2,9
Fontaine2,9
Gardanne2,9
Bruay-la-Buissière2,9
Halluin2,9
Frontignan3,0
Bègles3,0
Istres3,0
* Niveau de vie minimum des 10% les plus aisés rapporté au niveau de vie maximum des 10% les plus pauvres. Communes de plus de 20 000 habitants.
Source : Insee – Données 2013 – © Observatoire des inégalités

Les villes où l’écart interdécile est faible (entre 15 000 et 18 000 euros par an) figurent très souvent parmi celles où le taux de pauvreté est élevé. Il s’agit d’une sorte « d’égalité par le bas » : dans ces communes, riches et pauvres sont un cran très en dessous de la moyenne. On entre dans le dixième le plus favorisé avec environ 25 000 euros, quatre fois moins qu’à Neuilly-sur-Seine. Les plus pauvres touchent au plus 7 000 à 8 000 euros par an.

Villes où l'écart interdécile* est le plus faible
Unité : euros

Grande-Synthe15 460
Grigny16 452
Garges-lès-Gonesse16 762
Wattrelos16 852
La Courneuve16 934
Clichy-sous-Bois16 943
Vaulx-en-Velin16 959
Roubaix17 123
Creil17 134
Bruay-la-Buissière17 175
Liévin17 229
Le Grand-Quevilly17 264
Bobigny17 307
Stains17 744
Coudekerque-Branche17 781
Villiers-le-Bel17 830
Aubervilliers18 453
Calais18 471
Sarcelles18 529
Tourcoing18 556
* Écart en euros entre le niveau de vie minimum des 10 % les plus aisés et le niveau de vie maximum des 10 % les plus pauvres. Communes de plus de 20 000 habitants.
Source : Insee – Données 2013 – © Observatoire des inégalités

Différentes formes d’inégalités

Les données sur les inégalités de revenus au sein des communes sont riches d’enseignements. D’abord sur le niveau inégal des inégalités et sur ses conséquences. Vivre à Rezé (44) ou à Saint-Cloud (92) ne signifie pas du tout la même chose en termes d’écart de niveaux de vie. Ces données indiquent aussi que les inégalités peuvent prendre des formes différentes selon la structure des niveaux de vie. On peut avoir des écarts tirés par le haut (des riches très riches) ou par le bas (des pauvres très pauvres).

L’interprétation de ces chiffres invite à la prudence. Ils intègrent des communes de taille et de fonction parfois très différentes (une petite commune isolée, une grande ville de banlieue, etc.). L’étude des données par quartier serait, elle aussi, riche d’enseignements pour comprendre comment se structurent les inégalités et la mixité sociale à l’intérieur même des communes. Enfin, il faut éviter de tirer des conclusions trop hâtives quant à la responsabilité des élus locaux. Ces situations se sont construites sur un temps très long, sous différentes majorités. Certaines communes peuvent être inégalitaires parce qu’elles ont accueilli les plus démunis dont les autres n’ont pas voulu. D’autres, parfois les mêmes, sont frappées par le chômage, phénomène contre lequel les élus locaux n’ont que des moyens d’action limités. Inversement, certaines villes sont « égalitaires » parce qu’elles cultivent l’homogénéité de leur population. C’est moins le niveau des inégalités qui compte que la façon dont elles se sont construites et structurent le territoire.

Cet article est extrait du Centre d’observation de la société.

Photo / © Mbzt via wikicommons

Notes

[1Pour une personne seule, après impôts et prestations sociales. Villes de plus de 20 000 habitants. Les personnes vivant en communauté (maisons de retraites, foyers, etc.) ne sont pas comprises. L’Insee ne communique pas les données comparables pour les départements d’Outre-mer.

Date de rédaction le 12 novembre 2015

Dernière révision le 19 mai 2017

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

Déserts médicaux : une première cartographie

8 août 2017
8 % des français vivent dans une commune « sous-dense » en médecins généralistes. Parmi eux, 300 000 personnes sont également éloignés d’un service d’urgence et à plus de 10 minutes d’une pharmacie. L’analyse de Xavier Molénat, extrait d’Alternatives Économiques.

France d’en haut, France d’en bas : les inégalités dans les communes de plus de 20 000 habitants

6 juillet 2017
Un même degré d’inégalité rassemble des communes pauvres et des communes riches. Les communes les plus égalitaires sont surtout les communes les plus homogènes du point de vue des milieux sociaux. Plongée dans les données de l’Insee par Romain Mazon et Valérie Schneider, extrait de La Gazette.fr.

Pour comprendre les inégalités territoriales : une formation s’impose

15 mai 2017
Le 7 juin prochain, l’Observatoire des inégalités organise à Paris une formation unique sur les inégalités territoriales. Objectif : se doter des outils pour mieux comprendre la situation sociale et leur géographie territoriale.

Inégalités femmes-hommes : la situation des communes

12 mai 2017
Quel est le niveau de salaire horaire ou encore le taux d’activité des hommes et des femmes dans ma commune ? Le Compas, en partenariat avec la Gazette des communes et l’Observatoire des inégalités a réactualisé son comparateur.

Les adolescents des cités sont-ils enfermés dans des ghettos ?

7 février 2017
Les jeunes sont inégaux face à la faculté de se déplacer, comme le montre l’exemple des adolescents des cités. Encore faut-il se méfier de tout simplisme dans ce domaine : davantage que l’effet de quartier, c’est celui du milieu social d’origine qui pèse sur leurs déplacements vers d’autres territoires que le leur. L’analyse de Nicolas Oppenchaim, sociologue, maître de conférences à l’université de (...)

FERMER