La jeunesse face aux inégalités : une formation pour mieux comprendre

9 septembre 2016 - Le 11 octobre prochain, l’Observatoire des inégalités organise à Paris une formation sur le thème « La jeunesse face aux inégalités ». Objectif : mieux comprendre les réalités des jeunes d’aujourd’hui.


Les générations se suivent mais ne se ressemblent pas. La jeunesse d’aujourd’hui est frappée de plein fouet par la crise. Mais qui est cette « jeunesse » dont on parle tant ? Concrètement, qui se cache derrière cette expression ? Pour tenter de mieux cerner le phénomène, l’Observatoire des inégalités organise le 11 octobre prochain à Paris une journée de formation dédiée à cette question.

La jeunesse est en effet un objet plus complexe à saisir qu’on ne le dit bien souvent. Elle est composée de populations très différentes selon l’âge ou encore le milieu social, le lieu de résidence. Quoi de commun entre l’étudiant dont le studio parisien est financé par ses parents et le jeune qui travaille comme intérimaire dans le bâtiment dès 17 ans ? En même temps, les jeunes font face à des difficultés communes d’insertion professionnelle, de logement, de santé, etc.

Cette formation proposera un état des lieux des inégalités auxquelles sont confrontés les jeunes à l’école, en matière d’emploi, de formation, de revenu, de logement, etc. On se demandera quelles solutions apporter aux jeunesses en difficulté, quelles politiques publiques sont les plus adaptées. Cette journée sera aussi l’occasion de s’interroger, au fil des séances et des échanges, sur les mécanismes d’intériorisation chez les jeunes : comment l’image qu’ils ont d’eux-mêmes peut conduire à l’auto-dévalorisation et contribuer à la reproduction des inégalités ? Enfin, un éclairage spécifique sera fait sur la question de la mobilité spatiale des jeunes et leur accès aux ressources urbaines en termes de formation et d’emploi, de loisirs, etc., très inégales selon les milieux sociaux.

Trois spécialistes de la jeunesse y interviendront : Nicolas Oppenchaim, sociologue à l’université François Rabelais de Tours, Jean-Claude Richez, coordonnateur de la mission observation évaluation à l’Injep (2002-2013) et Nina Schmidt, cheffe de projets à l’Observatoire des inégalités, responsable du projet « Jeunesse pour l’égalité ».

Programme de la formation

La première séance, animée par Nina Schmidt, sera l’occasion de s’interroger sur la définition de la jeunesse : qui sont les jeunes ? Quel âge ont-ils ? Quelle part de la population représentent-ils ? « La » jeunesse existe-t-elle ou existe-t-il « des » jeunesses ? Ensuite, nous dresserons un état des lieux des difficultés que les jeunes rencontrent ainsi que des jeunesses particulièrement en difficulté.

La seconde séance, également animée par Nina Schmidt, permettra d’observer comment les trajectoires des jeunes sont marquées socialement de l’école à l’emploi. La France est l’un des pays où le milieu social influe le plus sur les résultats scolaires : quels effets sur l’insertion professionnelle ?

Dans une troisième séance, Nicolas Oppenchaim proposera un éclairage sur les pratiques de mobilité et d’accès aux ressources urbaines des adolescents qui varient selon leur genre, leur lieu de résidence et leur classe sociale. Il proposera une réflexion sur la question des inégalités face à la mobilité à partir du cas des adolescents de quartiers défavorisés. Sont-ils enfermés dans des ghettos ? Ont-ils des pratiques de mobilité si différentes de celles des autres adolescents ? Quelles épreuves spécifiques, les filles et les garçons de ces quartiers, affrontent-ils au cours de leurs déplacements ?

Enfin, dans la quatrième séance, Jean-Claude Richez présentera les politiques sociales en matière d’éducation, de logement, de soins, dont bénéficient plus ou moins directement les jeunes. Il questionnera la nécessité de mettre en œuvre des politiques spécifiquement dédiées aux jeunes via les missions locales, les écoles de la deuxième chance, une garantie jeunes, etc.

Destinée à un public professionnel très large, cette journée ne nécessite pas de prérequis spécifiques.

S’inscrire à la formation « La jeunesse face aux inégalités »

Voir le programme détaillé
Voir les modalités pratiques

Contact :
Nina Schmidt
Observatoire des inégalités
13 bis rue Alphonse Daudet
75014 Paris
info-formation@inegalites.fr
06 38 67 01 09
Photo / © Eugenio Marongiu - Fotolia.com

Date de rédaction le 9 septembre 2016

Dernière révision le 9 septembre 2016

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

Changeons les règles du jeu

25 avril 2017
Retard scolaire des élèves de milieux modestes, discriminations dans l’accès au logement, salaires plus faibles des femmes : il est temps de changer les règles du jeu. Tel est le message du film réalisé par l’agence Herezie pour l’Observatoire des inégalités. À partager massivement.

« Les tensions de notre société naissent dans le refus de voir la situation de domination des catégories aisées ». Entretien avec Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités

5 avril 2017
Les diplômés ont-ils pris en otage le discours sur les inégalités au détriment des classes populaires ? Entretien avec Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités. Extrait de Slate.fr.

Prix « Jeunesse pour l’égalité » : qui sont les lauréats ?

28 mars 2017
La quatrième cérémonie de remise des prix du concours « Jeunesse pour l’égalité » organisé par l’Observatoire des inégalités s’est déroulée mercredi 22 mars dernier, dans la salle du Conseil de l’Hôtel de Ville de Paris. Un lieu hautement symbolique pour les 250 jeunes présents qui ont occupé, quelques heures durant, les sièges des élus parisiens. Découvrez les (...)

Les classes sociales, un outil indispensable pour comprendre les inégalités

21 février 2017
Les inégalités se creusent, et pourtant on oublie de plus en plus souvent la question des classes sociales. Celle-ci est pourtant indispensable si l’on veut comprendre les formes de dominations de notre société. Une analyse du sociologue François Dubet, extraite de la Revue Française de Socio-Economie.

Prendre (enfin) en compte le malaise des classes populaires et moyennes

14 février 2017
Les politiques publiques doivent d’urgence répondre au malaise des classes populaires et moyennes. En agissant sur deux grands leviers : réformer l’école et s’attaquer au poids des hiérarchies dans le monde du travail. Par Valérie Schneider de l’Observatoire des inégalités.

FERMER