Catégories sociales



Les maladies professionnelles touchent les moins qualifiés

27 juin 2017 - Le nombre de patients souffrant de maladies professionnelles reconnues est 37 fois plus élevé chez les ouvriers que chez les cadres. Les femmes des catégories populaires sont particulièrement touchées par les troubles musculo-squelettiques.


Les maladies professionnelles [1] frappent avant tout les milieux populaires. Sur 52 500 cas en 2012 (dernière année disponible), près des trois quarts concernent des ouvriers. 23 % touchent des employés et 4 % seulement, des cadres supérieurs ou des professions intermédiaires [2]. Les secteurs les plus exposés sont l’industrie de la viande, de l’habillement, des équipements du foyer, la blanchisserie, les activités d’hypermarchés et de supermarchés, l’aide à domicile et la construction, des secteurs qui emploient une grande part de salariés non qualifiés.

Les troubles musculo-squelettiques [3] (TMS) représentent 86 % des maladies professionnelles reconnues, l’amiante en regroupe 8 %, les surdités 2 % et les maladies de peau, 1 %. 70 % des cas de TMS concernent des ouvriers, en particulier des ouvrières dont le travail est concentré dans des secteurs à risque, comme l’industrie de la viande, du cuir ou de l’habillement. Quand ces dernières déclarent huit cas de TMS par millions d’heures rémunérées, les femmes cadres ne déclarent que 0,3 cas et les hommes ouvriers un peu plus de deux cas.

Ces données sous-estiment la réalité du nombre de travailleurs souffrant de maladies professionnelles. De nombreux cas ne sont pas déclarés par les travailleurs, parfois parce qu’ils craignent de perdre leur emploi ou renoncent à déclarer leur maladie comme liée au travail en raison de la complexité de les faire reconnaître comme telles.

Les maladies professionnelles par catégorie socioprofessionnelle
Nombre de maladies professionnelles reconnues
Répartition en %
Cadres supérieurs1 0142
Professions intermédiaires1 2772
Employés12 03523
Ouvriers38 18073
Ensemble52 506100
Salariés du régime général.
Source : Cnam – Insee, calcul ministère du Travail - Données 2012 © Observatoire des inégalités
TMS par sexe et catégorie socioprofessionnelle
Nombre de TMS par million d'heures rémunérées


Nombre de TMS reconnus
FemmesHommesEnsembleEnsemble
Cadres0,30,10,1813
Professions intermédiaires0,30,10,21 052
Employés1,60,51,311 446
Ouvriers8,42,43,431 954
Ensemble2,01,21,642 265
Salariés du régime général.
Source : Cnam-Insee, calcul ministère du Travail - Données 2012 © Observatoire des inégalités

Photo / © endostock - Fotolia

Notes

[1« La maladie professionnelle est une atteinte à la santé, contractée au travail, qui résulte d’une série d’événements à évolution lente auxquels on ne saurait assigner une origine et une date certaines », indique le ministère du Travail. Les maladies professionnelles doivent être, d’une part, déclarées par le salarié et, d’autre part, reconnues comme telles par la Caisse d’assurance maladie.

[2L’exposition des salariés aux maladies professionnelles en 2012, ministère du Travail, Dares résultats, n° 081, décembre 2016.

[3Les TMS touchent les muscles, les tendons et les nerfs. Ils concernent en particulier les épaules, les poignets et le cou et sont liés aux conditions du travail (postures, types de gestes à effectuer) ainsi qu’à son intensification. Ils peuvent entraîner un handicap permanent.

Date de rédaction le 10 novembre 2010

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

Santé bucco-dentaire des jeunes : le poids de l’origine sociale

13 juillet 2017
Près d’un enfant d’ouvriers sur cinq a des dents cariées non soignées en classe de CM2, contre 8 % d’enfants de cadres supérieurs. Le milieu social d’origine joue un rôle important en matière de santé bucco-dentaire.

L’obésité chez les jeunes : le poids du milieu social

11 juillet 2017
En grande section de maternelle, 5,8 % des enfants d’ouvriers sont obèses, 4,5 fois plus que pour les enfants de cadres supérieurs. Cet écart se retrouve tout au long de la scolarité.

Qui va partir en vacances ?

30 juin 2017
80 % des cadres supérieurs partent en congés chaque année, contre 50 % des ouvriers. Et encore, entre catégories, on ne part ni aussi souvent, ni aussi longtemps, ni dans les mêmes conditions.

Tabac : un marqueur social

7 février 2017
Le tabagisme a reculé en France ces quinze dernières années pour toutes les catégories sociales. Mais les ouvriers fument deux fois plus que les cadres, rapport qui s’est, lui, légèrement creusé depuis 2005.

Les sports d’hiver, une pratique de privilégiés

3 février 2017
40 % des cadres partent en vacances l’hiver au moins une fois tous les deux ans, contre 9 % des ouvriers. Seuls 8 % des Français partent au ski au moins un an sur deux.

Du club de sport au lave-vaisselle : les dépenses différenciées des catégories sociales

7 novembre 2016
43 % des cadres sont abonnés à un journal, contre à peine un cinquième des ouvriers. 53 % des premiers adhèrent à un club de sport contre 30 % des seconds. Si l’équipement en électroménager s’est quant à lui démocratisé, les catégories sociales n’ont ni les mêmes moyens, ni les mêmes habitudes en matière de dépenses.

Les inégalités d’espérance de vie entre les catégories sociales se maintiennent

23 février 2016
A 35 ans, un homme cadre supérieur a une espérance de vie de 49 ans, un ouvrier, de 42 ans, soit six ans d’écart. Chez les femmes, la différence est deux fois moindre.

Un accès au livre profondément inégal selon les milieux sociaux

27 novembre 2014
70 % des ouvriers n’ont lu aucun livre sur une année, contre 20 % des cadres supérieurs.

Couples : on se marie toujours entre même catégorie sociale

26 septembre 2014
78 % des ouvriers vivent avec une ouvrière ou une employée, contre 3 % avec une femme cadre supérieure. Le choix du conjoint reste lié à la position sociale.

Les enfants inégaux face aux vacances

16 juillet 2014
Un quart des enfants ne partent pas en vacances. C’est le cas pour 5 % des enfants de cadres supérieurs contre 34 % des enfants d’ouvriers et 50 % des enfants des familles les plus modestes.

FERMER