Français et étrangers



Mobilité sociale : les enfants d’immigrés font aussi bien que les autres

9 octobre 2012 - 42,1 % des enfants d’immigrés deviennent ouvriers contre 30 % des personnes sans ascendance directe immigrée. Mais cet écart s’explique davantage par les positions sociales défavorisées de leurs parents que par leur origine géographique.


En moyenne, les enfants d’immigrés occupent plus souvent des positions sociales défavorisées : 42,1 % deviennent ouvriers, contre 29,7 % de la population dite « majoritaire » [1], 13,8 % deviennent cadres, contre 19,9 % de la population majoritaire. Il existe également de fortes disparités à l’intérieur même des descendants d’immigrés : par exemple, 7,9 % de ceux dont le père est originaire du Maghreb sont cadres contre 15 % des descendants d’immigrés nés en Europe du Sud, et 17 % pour le reste de l’Europe.

Les catégories sociales des descendants d'immigrés
Comparaison avec la population majoritaire
Unité : %
Ouvriers
Employés
Professions intermédiaires
Cadres
Indépendants
Non réponse
Total
Ensemble descendants immigrés42,113,420,113,89,61100
45,21617,27,911,42,2100
- dont descendants de père immigré né au Maghreb45,21617,27,911,42,2100
- en Europe du Sud4112,121,814,89,50,8100
- Autre Europe43,61320,1176,30100
Population majoritaire29,71226,519,911,80100
Ensemble population métropole32,312,425,118,711,20,3100
- Autres pays32,812,820,429,64,40100
Lecture : au dernier emploi, 42,1 % des descendants d'immigrés étaient ouvriers, 13,4 % employés... Attention, ces données ne concernent que les hommes.
Source : Ined-Insee, enquête Trajectoires et Origines, calculs DARES - Données 2008 - © Observatoire des inégalités

Mais ces données sont trompeuses.

Cette situation n’est pas liée seulement au fait qu’ils soient immigrés, mais que leurs parents occupent une position sociale moins favorable : deux descendants d’immigrés sur trois avaient un père ouvrier lorsqu’ils avaient 15 ans, contre 39,1 % des personnes de la population majoritaire. L’origine ouvrière est particulièrement forte chez les enfants d’immigrés d’Europe du Sud (70,1 %) et du Maghreb (70,2 %). Par contraste, les pères immigrés sont trois fois moins nombreux à exercer des fonctions de cadres (4 %) que ceux de la population majoritaire (10 %).

Ces chiffres nous montrent aussi que les descendants d’immigrés ouvriers, s’ils sont plus nombreux à être ouvriers que le reste de la population, le sont tout de même moins que leurs pères. Ils sont 42 % à être dans ce cas, contre 66 % pour la génération précédente. Et ils sont plus de trois fois plus nombreux à occuper un emploi de cadre (14 %) que leurs pères (4 %).

Les professions exercées par les pères des descendants d'immigrés
Comparaison avec la population majoritaire
Unité : %
Agriculteurs
Artisans, commerçants
Cadres
Professions intermédiaires
Employés
Ouvriers
Non réponse
Total
Ensemble des descendants de père immigré1,713,33,97,05,666,32,1100
- dont descendants de père immigré né au Maghreb0,711,12,95,37,770,22,2100
- en Europe du Sud017,12,16,62,970,11,2100
- Autre Europe2,39,68,710,37,355,85,8100
- Autres pays4,1141512,813,735,84,7100
Population majoritaire6,913,79,716,411,239,13,5100
Ensemble population métropole6,413,59,315,710,741,23100
Lecture : 70,2 % des pères immigrés nés au Maghreb sont ouvriers.
Source : Ined-Insee, enquête Trajectoires et Origines, calculs DARES - Données 2008 - © Observatoire des inégalités

Alors quel est le réel impact de l’origine sociale ou de l’origine immigrée ?

Pour répondre à cette question, il faut raisonner à situation équivalente. Si l’on compare les descendants d’immigrés aux autres descendants de même origine sociale, on remarque que leurs destinées professionnelles sont assez proches : les fils d’immigrés dont le père est ouvrier deviennent ouvriers eux-mêmes dans 48,7 % des cas, contre 45,1 % pour la population majoritaire. Ils sont 9 % à devenir cadres, contre 13 % pour les autres descendants.

Destinée professionnelle des fils d'ouvriers selon l'origine géographique du père
Unité : %
Ouvriers
Employés
Professions intermédiaires
Cadres
Indépendants
Ensemble
Ensemble descendants immigrés48,714,620,59,56,7100
- dont descendants de père immigré né au Maghreb52,121,514,65,76,1100
- Europe du sud4511,724,111,47,8100
- Autre Europe58,38,617,89,95,4100
- Autres pays50,616,821,310,31100
Population majoritaire45,111,523,113,46,9100
Ensemble population métropole46,211,922,312,27,4100
Lecture : les fils de père ouvrier né au Maghreb sont 52,1 % à être ouvriers et 5,7 % à être cadres. Champ : individus âgés de 35 à 50 ans , vivant en France métropolitaine et ayant terminé leurs études, exerçant ou ayant exercé un emploi au moment de l'enquête. Ces données ne concernent que les hommes.
Source : Ined-Insee, enquête Trajectoires et Origines, calculs DARES - Données 2008 - © Observatoire des inégalités

« Toutes choses égales par ailleurs », l’écart devient nul.

La comparaison précédente n’est pas tout à fait complète. Pour évaluer les situations des personnes de manière strictement comparable, il faut tenir compte de leur origine géographique, mais aussi de leur âge, de leur niveau de diplôme, etc. C’est ce que l’on appelle « toutes choses égales par ailleurs », ce qui veut dire que toutes les autres caractéristiques sont identiques. Pour raisonner de cette façon, il faut construire ce que les statisticiens appellent des « modèles ».

Et là, les résultats sont opposés : l’impact du fait d’être descendant d’immigrés est « non significatif », ce qui en langage statistique veut dire « trop faible pour avoir du sens ». Les chiffres qui ressortent de la simulation du ministère du travail tendraient même à faire apparaître un impact plutôt positif, comme c’est le cas ici pour les descendants d’immigrés hors Europe du Sud.

Pour devenir cadre, être immigré ne semble donc pas être un lourd obstacle. En revanche, être fils de cadre est un avantage considérable : un enfant de cadre a une probabilité 2,9 fois supérieure d’être cadre que de ne pas l’être [2].

La probabilité de devenir cadre selon l'origine
Chances d'être cadre
Descendants de père immigré né
- Maghrebns (1,27)
- Europe du sudns (1,19)
- Autre Europe1,77
- Autres paysns (1,27)
Catégorie socioprofessionnelle du père
Ouvrier/employé qualifié1,41
Professions intermédiaires1,89
Cadre2,88
Indépendant1,56
Lecture : un enfant de cadre a 2,8 fois plus de chance de devenir cadre que de ne pas l'être par rapport à un enfant d'ouvrier ou d'employé qualifié présentant les mêmes caractéristiques. Champ : individus âgés de 35 à 50 ans vivant en France métropolitaine ayant terminé leurs études et exerçant ou ayant exercé un emploi au moment de l'enquête. ns = non significatif
Source : Ined-Insee, enquête Trajectoires et Origines, calculs DARES - Données 2008 - © Observatoire des inégalités

Dans la réalité, on ne raisonne pas « toutes choses égales par ailleurs ».

Les descendants d’immigrés réussissent moins bien que les autres, occupent des emplois moins valorisés, en moyenne [3]. Sauf que cette situation n’est pas due au fait qu’ils soient immigrés, mais bien qu’ils soient issus de milieux modestes.

Cette étude du ministère du travail complète un autre travail du ministère de l’éducation [4], qui montrait qu’à niveau social équivalent, les descendants d’immigrés réussissaient aussi bien, voire mieux, que les autres enfants. Le poids des inégalités sociales dans les trajectoires socioprofessionnelles des personnes d’origine immigrée apparaît clairement. Tous les projecteurs sont aujourd’hui braqués sur la lutte contre les discriminations et la promotion de la « diversité ». Ce qui est essentiel pour rappeler l’égalité de citoyens. Mais dans le domaine de l’école et de l’emploi, ils n’ont qu’une portée très mineure comparée à la question des inégalités sociales.

Pour en savoir plus : « Métiers des pères et des descendants d’immigrés », Dares Analyses n°58, septembre 2012

Cet article est une version développée de « Mobilité sociale, les enfants d’immigrés font aussi bien que les autres », publié sur par le Centre d’observation de la société.

Photo / © Jasmin Merdan - Fotolia.com

Notes

[1Population sans ascendance directe immigrée ou ultramarine. Seuls les hommes sont pris en compte.

[2Il s’agit ici d’un « rapport de chance », la probabilité pour un enfant de cadre de devenir cadre à son tour, divisée par celle de ne pas l’être, rapportée à la probabilité identique d’un enfant d’ouvrier non-qualifié et d’employé. Sur les rapports de chance, lire l’article de Pierre Mercklé

[3Le fait qu’un enfant d’immigré devienne président de la République ou footballeur renommé n’est que l’arbre qui cache la forêt des inégalités

Date de rédaction le 9 octobre 2012

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

Chômage des immigrés : le poids des inégalités sociales et des discriminations

23 mars 2016
Près d’un cinquième des immigrés sont au chômage, contre un dixième des Français nés en France.

Emploi : les immigrés discriminés ?

12 août 2014
22 % des immigrés originaires d’Afrique étaient au chômage en 2012, contre 8,6 % des actifs non issus de l’immigration. Un écart qui s’explique par des discriminations mais aussi par bien d’autres facteurs.

5,3 millions d’emplois demeurent fermés aux étrangers non européens

17 septembre 2011
Plus d’un emploi sur cinq, soit 5,3 millions de postes de travail, demeurent interdits aux étrangers non européens en France.

Les catégories sociales des étrangers

15 décembre 2010
66 % des Turcs et 52 % des Marocains actifs en France sont ouvriers, contre 23 % des Français de naissance. 6 % sont cadres, contre 15 % des Français.

Les enfants d’origine étrangère peinent à trouver un emploi

24 août 2010
77 % des jeunes occupent un emploi en moyenne trois ans après la fin de leurs études, mais c’est le cas de 66 % des enfants dont les deux parents sont nés à l’étranger.

Mesure des discriminations à l’embauche par testing

3 septembre 2009
La couleur de la peau, le sexe, le patronyme influent sur la probabilité de trouver un emploi. Des opérations de testing permettent de toucher du doigt les discriminations subies dans le monde du travail.

Discriminations à l’embauche des jeunes d’origine immigrée

13 juin 2007
Un candidat de nationalité française avec un nom et un prénom français a, en moyenne, entre 1,5 et 3 fois plus de propositions d’entretien d’embauche qu’un français d’origine marocaine.

FERMER