Catégories sociales



Davantage de congés pour les cadres que pour les ouvriers

15 février 2013 - 41 jours de congés annuels pour les cadres supérieurs contre 32 pour les ouvriers. Le nombre de jours de repos varient fortement selon la catégorie sociale, le secteur d’activité et la taille de l’entreprise.


Les cadres supérieurs et les professions intermédiaires totalisent 41 jours ouvrables de congé [1] en 2010, soit près de 7 semaines, contre 32 jours pour les ouvriers et 35 jours pour les employés, selon la une étude de l’Insee réalisée auprès des salariés en CDI ayant au moins un an d’ancienneté dans leur emploi. Les cadres, qui déclarent des durées annuelles de travail les plus longues [2], prennent davantage de congés payés ou de RTT que les ouvriers.

L’écart entre ces deux catégories sociales s’explique aussi par les dispositifs d’aménagement du temps de travail mis en place depuis la loi sur les 35 heures. Pour les cadres, le dépassement des 35 heures hebdomadaires leur permet de bénéficier de demi-journées ou de journées complètes de repos ou de jours de congés complémentaires. Pour les employés et les ouvriers, en particulier les moins qualifiés, le temps de travail s’est adapté à l’activité et ne dépasse pas les 35 heures hebdomadaires.

Un des critères déterminant pour la durée des congés est aussi la taille et le secteur de l’entreprise. La fonction publique arrive en tête avec 45 jours de congés annuels en moyenne dont 48 dans la fonction publique d’État [3], durée la plus longue d’après les données de cette étude. Dans le secteur privé, la durée des congés annuels varient de 29 jours dans les entreprises de moins de neuf salariés à 40 jours dans les établissements de plus de 1 000 salariés, soit 11 jours de différence. Dans les très petites entreprises, les salariés ne disposent que de cinq semaines de congés payés, soit le minimum légal.

Le secteur des particuliers-employeurs est celui où le nombre de jours de congés est le plus faible : 26 jours annuels, soit 4 semaines, deux fois moins que dans la fonction publique d’État.


Les congés annuels
Par catégorie socioprofessionnelle
Nombre de jours
Nombre de semaines
Cadres416,8
Cadres de la fonction publique447,4
Ingénieurs et cadres techniques d'entreprises416,8
Cadres administratifs et commerciaux d'entreprises406,6
Professions intermédiaires416,8
Professions intermédiaires de la fonction publique457,5
Professions intermédiaires de la santé et du travail social447,3
Techniciens, contremaîtres, agents de maîtrise406,7
Professions intermédaires administratives et commerciales des entreprises376,2
Employés355,8
Employés civils et agents de service de la fonction publique437,1
Employés administratifs d'entreprise366,0
Employés de commerce304,9
Personnels des services directs aux particuliers274,5
Ouvriers325,3
Ouvriers qualifiés de type industriel345,7
Chauffeurs, ouvriers qualifiés de la manutention, du magasinage et du transport335,5
Ouvriers non qualifiés de type industriel325,3
Ouvriers qualifiés de type artisanal325,3
Ouvriers non qualifiés de type artisanal ou agricole284,6
Lecture : en 2010, les employés administratifs d'entreprise ont pris en moyenne 36 jours ouvrables de congé, correspondant à 6 semaines de congé.
Source : Insee - Données 2010 - © Observatoire des inégalités, Salariés ayant au moins un an d'ancienneté dans leur emploi principal (hors personnels enseignants du secteur de l'éducation et militaires)

Les congés par type d'employeur
Nombre de jours
Nombre de semaines
Les trois fonctions publiques457,5
Etat488,0
Collectivités locales457,4
Hôpitaux publics447,3
Employeurs particuliers264,3
Entreprises, associations365,9
De 1 à 9 salariés294,9
De 10 à 49 salariés325,3
De 50 à 199 salariés376,1
De 200 à 999 salariés386,4
Plus de 1 000 salariés406,6
Lecture : en 2010,les salariés d'une entreprise ou d'une association ont pris en moyenne 36 jours ouvrables de congé, correspondant à 5,9 semaines de congé
Source : Insee - Données 2010 - © Observatoire des inégalités, Salariés ayant au moins un an d'ancienneté dans leur emploi principal (hors personnels enseignants du secteur de l'éducation et militaires)

Photo /© Pascal06 - Fotolia.com

Notes

[1Les règles en matière de congés payés font référence à la notion de jours ouvrables. Sont considérés comme tels tous les jours de la semaine à l’exclusion du dimanche (ou du jour de repos hebdomadaire s’il est différent) et des jours fériés chômés. Un salarié qui prend une semaine de congé consomme 6 jours ouvrables.

[2Les cadres déclarent les durées annuelles de travail les plus longues (1 922 heures). Les professions intermédiaires, employés et ouvriers affichent des durées annuelles proches : entre 1 620 et 1 660 heures. Le nombre de jours travaillés dans l’année et dans la semaine pour les ouvriers et les employés est plus élevé que pour les professions intermédiaires et surtout les cadres.

[3Hors personnels enseignants du secteur de l’éducation non pris en compte dans les chiffres de l’Insee.

Date de rédaction le 15 février 2013

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

Ouvriers : un travail sous contrôle

10 janvier 2017
Près de la moitié des ouvriers non qualifiés n’ont pas la liberté de faire varier les délais fixés pour effectuer une tâche, contre trois cadres sur dix. Les premiers sont aussi deux fois plus nombreux que les seconds à ne pas pouvoir interrompre leur travail.

Les ouvriers plus fréquemment victimes d’accidents du travail

29 novembre 2016
Les ouvriers représentent 63 % des victimes d’accidents du travail, les cadres supérieurs, 2 %. Le monde du travail des uns n’a rien à voir avec celui des autres.

Travail pénible : les ouvriers à la peine

23 septembre 2014
54 % des ouvriers connaissent des contraintes de rythme de travail contre 26 % des cadres supérieurs. 32 % des ouvriers déclarent subir des nuisances sonores sur leur lieu de travail, contre 6 % des cadres. Entre les métiers les moins qualifiés et le haut de la hiérarchie, les conditions de travail n’ont pas grand chose à (...)

Chômage : les non-qualifiés en première ligne

11 février 2014
Avec 4 % de chômeurs, les cadres supérieurs restent largement épargnés par la crise. Ce n’est pas le cas des ouvriers non qualifiés, dont le taux de chômage s’élève à 20 %.

La mobilité sociale en France

11 avril 2013
La moitié des fils de cadres supérieurs deviennent cadres supérieurs, contre un dixième des fils d’ouvriers. Les chances d’accès aux positions sociales sont loin d’être équivalentes.

FERMER