Français et étrangers



Emploi : les immigrés discriminés ?

12 août 2014 - 22 % des immigrés originaires d’Afrique étaient au chômage en 2012, contre 8,6 % des actifs non issus de l’immigration. Un écart qui s’explique par des discriminations mais aussi par bien d’autres facteurs.


22 % des immigrés originaires d’Afrique étaient au chômage en 2012, ainsi que 17 % des immigrés et 14 % de leurs descendants, contre 8,6 % des actifs non issus de l’immigration, note une étude du ministère de l’Emploi (voir « Pour en savoir plus »). Dans quelle mesure cette situation résulte-t-elle de discriminations dont sont victimes les immigrés ou des caractéristiques de cette population ? 44,8 % des immigrés et 29,8 % de leurs descendants sont sans diplôme, contre 24,3 % des personnes non issues de l’immigration. Les descendants d’immigrés sont par ailleurs beaucoup plus jeunes : 40 % ont entre 15 et 29 ans contre 27,5 % des non-immigrés. Or, le diplôme et l’âge constituent des facteurs explicatifs majeurs du niveau du chômage en France.

Pour essayer de comprendre les causes de ce phénomène, le ministère a isolé une partie des facteurs en cause. Il a calculé, pour chaque catégorie de population, le rapport entre la probabilité d’être au chômage et celle de ne pas l’être [1] et a comparé les rapports entre eux selon les différentes populations. Toutes caractéristiques confondues, le rapport de probabilité va de 1 à 3,8 entre les non-immigrés et les descendants d’immigrés d’origine africaine et de 1 à 3 pour les immigrés d’origine africaine. Dit autrement, pour les immigrés, la probabilité d’être au chômage rapportée à celle d’avoir un emploi [2] est trois fois supérieure au même ratio que pour les non-immigrés. Mais cette probabilité dépend beaucoup de l’âge, du diplôme, de la catégorie socioprofessionnelle, etc. Si l’on isole tous ces facteurs, dans les deux cas (immigrés d’origine africaine comme descendants), le rapport se réduit et passe de 1 à 2.

Du simple au double, le chiffre reste conséquent. Il est presque équivalent au même ratio entre les ouvriers et les cadres (1 à 2,5), ou entre les jeunes et les 40-45 ans (1 à 2,6). Comment l’expliquer ? Ces populations sont victimes de discriminations à l’embauche qui leur ferment des portes : une partie des employeurs ne souhaitent pas recruter des immigrés. Mais la xénophobie des employeurs n’est pas l’explication principale, loin de là. Bien d’autres facteurs entrent en ligne de compte. Tout d’abord, selon nos estimations environ un cinquième des emplois sont interdits aux étrangers hors union européenne, au sein de la fonction publique en particulier. Ce phénomène joue moins pour les descendants d’immigrés, dont une partie dispose de la nationalité française. Les données sur les diplômes utilisées par le ministère du travail pour raisonner « toutes choses égales par ailleurs » et comparer immigrés et non-immigrés demeurent très générales. Sans préjuger de l’intérêt de la formation, une licence d’anglais n’a pas la même valeur qu’un diplôme de l’Ena. Or les filières suivies par les jeunes ne sont pas les mêmes selon leur lien avec l’immigration. Enfin, ces données ne tiennent pas compte de l’effet du réseau social qui diffère en fonction des origines, et qui constitue un atout majeur en matière d’insertion professionnelle.

Taux de chômage selon l'origine
Unité : %
Taux de chômage
Non issus de l'immigration8,6
Descendants d'immigrés14,2
Immigrés16,9
Immigrés originaires d'Afrique22,0

Source : ministère de l'Emploi d'après l'Insee - Données 2012 - © Centre d'observation de la société, 15-64 ans
Rapport de probabilités* d'être au chômage et d'être en emploi
Unité : %
Rapport de probabilités
Rapport de probabilités à caractéristiques comparables
Immigré d'origine africaine arrivé en France avant l'âge de 10 ans3,02,2
Descendant de deux parents d'origine africaine3,82,2
Non issu de l'immigrationréférenceréférence
* Rapport, pour chaque catégorie, entre la probabilité d'être au chômage et celle d'être en emploi.
Source : ministère de l'Emploi d'après l'Insee - Données 2012 - © Centre d'observation de la société, 15-64 ans

Pour en savoir plus : « Emploi et chômage des descendants d’immigrés en 2012 », Dares analyses n°23, mars 2014.

Article extrait du Centre d’Observation de la société.

Notes

[1En langage statistique, cela s’appelle le « rapport des chances » ce qui pour le chômage est assez problématique, on parle aussi de « risque » mais cela pose problème car il ne s’agit pas d’une simple probabilité d’être au chômage. Ce rapport est expliqué dans notre article.

[2On ne peut pas dire que « la probabilité des immigrés d’être au chômage est près de quatre fois supérieure ».

Date de rédaction le 12 août 2014

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

Cinq millions d’emplois demeurent fermés aux étrangers non européens

19 avril 2017
Plus d’un emploi sur cinq, soit 5,4 millions de postes de travail, demeurent inaccessibles aux étrangers non européens en France.

Les discriminations à l’embauche persistent en France

14 mars 2017
Selon un testing réalisé auprès d’entreprises à l’occasion d’embauches, le choix des employeurs se porte deux fois plus sur une candidature dite « hexagonale » que sur un candidat « maghrébin ». Les discriminations à l’embauche persistent en France.

Chômage des immigrés : le poids des inégalités sociales et des discriminations

23 mars 2016
Près d’un cinquième des immigrés sont au chômage, contre un dixième des Français nés en France.

Mobilité sociale : les enfants d’immigrés font aussi bien que les autres

9 octobre 2012
42,1 % des enfants d’immigrés deviennent ouvriers contre 30 % des personnes sans ascendance directe immigrée. Mais cet écart s’explique davantage par les positions sociales défavorisées de leurs parents que par leur origine géographique.

Les catégories sociales des étrangers

15 décembre 2010
66 % des Turcs et 52 % des Marocains actifs en France sont ouvriers, contre 23 % des Français de naissance. 6 % sont cadres, contre 15 % des Français.

Les enfants d’origine étrangère peinent à trouver un emploi

24 août 2010
77 % des jeunes occupent un emploi en moyenne trois ans après la fin de leurs études, mais c’est le cas de 66 % des enfants dont les deux parents sont nés à l’étranger.

Mesure des discriminations à l’embauche par testing

3 septembre 2009
La couleur de la peau, le sexe, le patronyme influent sur la probabilité de trouver un emploi. Des opérations de testing permettent de toucher du doigt les discriminations subies dans le monde du travail.

Discriminations à l’embauche des jeunes d’origine immigrée

13 juin 2007
Un candidat de nationalité française avec un nom et un prénom français a, en moyenne, entre 1,5 et 3 fois plus de propositions d’entretien d’embauche qu’un français d’origine marocaine.

FERMER