Catégories sociales



Santé bucco-dentaire des jeunes : le poids de l’origine sociale

13 juillet 2017 - Près d’un enfant d’ouvriers sur cinq a des dents cariées non soignées en classe de CM2, contre 8 % d’enfants de cadres supérieurs. Le milieu social d’origine joue un rôle important en matière de santé bucco-dentaire.


En grande section de maternelle (vers 4 ou 5 ans), un enfant sur dix a au moins une dent cariée non soignée selon le ministère des Affaires sociales (données 2013) [1]. Près d’un quart des enfants d’ouvriers sont concernés contre moins de 4 % des enfants de cadres supérieurs. Les écarts persistent au fil de la scolarité. En CM2 [2] (données 2014-2015), 40 % des enfants d’ouvriers ont au moins une dent cariée, 1,5 fois plus que ceux de cadres.
En troisième [3], l’écart est assez similaire à celui qui existe en grande section de maternelle : 10 % des enfants d’ouvriers et seulement 1,7 % des enfants de cadres ont au moins deux dents cariées non soignées (données 2009).

Comme pour l’état de santé en général, l’origine sociale joue un rôle majeur en matière de santé bucco-dentaire. Ces écarts tiennent à deux grands types de facteurs. Le niveau de vie joue : les soins dentaires sont coûteux. La qualité de la couverture complémentaire est en partie liée au revenu des individus. Pour ceux qui demeurent non couverts en particulier, la visite chez le dentiste peut avoir un coût rédhibitoire. Mais dans ce domaine, ce sont surtout les habitudes de vie qui sont en cause. Les parents des catégories les plus favorisées, eux-mêmes habitués à des visites régulières chez le dentiste dans leur enfance, sont davantage à l’écoute des messages de prévention (importance du brossage régulier par exemple) et associent plus souvent alimentation et santé. En grande section de maternelle, 60 % des enfants d’ouvriers n’ont pas encore vu de dentiste [4], contre 44,4 % des enfants de cadres supérieurs. Ces derniers résistent davantage à la communication de masse des producteurs d’aliments, de bonbons et de boissons à très haut contenu en sucres dont l’impact désastreux a été démontré.





Photo / © Evgeniy Kalinovskiy - Fotolia

Notes

[1"La santé des élèves de grande section de maternelle en 2013 : des inégalités sociales dès le plus jeune âge", Études et résultats n° 920, ministère des Affaires sociales, juin 2015.

[2"La santé des élèves de CM2 en 2015 : un bilan contrasté selon l’origine sociale", Études et résultats n° 993, min. de la Santé, février 2017.

[3"La santé des adolescents scolarisés en classe de troisième", Drees, Études et résultats n° 865, février 2014.

[4En dehors du cadre scolaire et des consultations sans avance de frais proposées par l’Assurance maladie.

Date de rédaction le 15 mars 2016

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

L’obésité chez les jeunes : le poids du milieu social

11 juillet 2017
En grande section de maternelle, 5,8 % des enfants d’ouvriers sont obèses, 4,5 fois plus que pour les enfants de cadres supérieurs. Cet écart se retrouve tout au long de la scolarité.

Qui va partir en vacances ?

30 juin 2017
80 % des cadres supérieurs partent en congés chaque année, contre 50 % des ouvriers. Et encore, entre catégories, on ne part ni aussi souvent, ni aussi longtemps, ni dans les mêmes conditions.

Les maladies professionnelles touchent les moins qualifiés

27 juin 2017
Le nombre de patients souffrant de maladies professionnelles reconnues est 37 fois plus élevé chez les ouvriers que chez les cadres. Les femmes des catégories populaires sont particulièrement touchées par les troubles musculo-squelettiques.

Tabac : un marqueur social

7 février 2017
Le tabagisme a reculé en France ces quinze dernières années pour toutes les catégories sociales. Mais les ouvriers fument deux fois plus que les cadres, rapport qui s’est, lui, légèrement creusé depuis 2005.

Les sports d’hiver, une pratique de privilégiés

3 février 2017
40 % des cadres partent en vacances l’hiver au moins une fois tous les deux ans, contre 9 % des ouvriers. Seuls 8 % des Français partent au ski au moins un an sur deux.

Du club de sport au lave-vaisselle : les dépenses différenciées des catégories sociales

7 novembre 2016
43 % des cadres sont abonnés à un journal, contre à peine un cinquième des ouvriers. 53 % des premiers adhèrent à un club de sport contre 30 % des seconds. Si l’équipement en électroménager s’est quant à lui démocratisé, les catégories sociales n’ont ni les mêmes moyens, ni les mêmes habitudes en matière de dépenses.

Les inégalités d’espérance de vie entre les catégories sociales se maintiennent

23 février 2016
A 35 ans, un homme cadre supérieur a une espérance de vie de 49 ans, un ouvrier, de 42 ans, soit six ans d’écart. Chez les femmes, la différence est deux fois moindre.

Un accès au livre profondément inégal selon les milieux sociaux

27 novembre 2014
70 % des ouvriers n’ont lu aucun livre sur une année, contre 20 % des cadres supérieurs.

Couples : qui se ressemble s’assemble

26 septembre 2014
78 % des ouvriers vivent avec une ouvrière ou une employée, contre 3 % avec une femme cadre supérieure. Le choix du conjoint reste lié à la position sociale. Extrait du Centre d’observation de la société.

Les enfants inégaux face aux vacances

16 juillet 2014
Un quart des enfants ne partent pas en vacances. C’est le cas pour 5 % des enfants de cadres supérieurs contre 34 % des enfants d’ouvriers et 50 % des enfants des familles les plus modestes.

FERMER