Catégories sociales



Tabac : un marqueur social

7 février 2017 - Le tabagisme a reculé en France ces quinze dernières années pour toutes les catégories sociales. Mais les ouvriers fument deux fois plus que les cadres, rapport qui s’est, lui, légèrement creusé depuis 2005.


En 2014, 38 % des ouvriers sont des fumeurs réguliers (au moins une cigarette par jour), contre à peine un cinquième des cadres supérieurs selon l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes) [1]. Malgré une baisse globale du tabagisme depuis 2005 pour toutes les catégories sociales (excepté les agriculteurs), les ouvriers demeurent deux fois plus nombreux à fumer que les cadres. Ce rapport est passé de 1,7 en 2005 à deux en 2014, du fait de la baisse plus importante de fumeurs chez les cadres que chez les ouvriers au cours de la période, respectivement -7,2 et - 6,5 points.

En matière de consommation, le poste « tabac et boissons alcoolisées » est le seul où les ouvriers dépensent davantage que les cadres, alors que leurs revenus sont 1,7 fois moindres en moyenne [2]. Ces écarts reflètent des différences de modes de vie et de rapport au corps et à la santé selon les milieux sociaux. Ils dépendent de nombreux facteurs, qui vont du rôle du diplôme à celui de la famille, des collègues ou des amis, des habitudes de vie prises parfois dès la jeunesse.

L’exemple du tabac illustre bien un double phénomène. Globalement, sauf pour les agriculteurs, chaque catégorie sociale fume de moins en moins : il y a une forme d’uniformisation face à la cigarette. Mais, si le niveau baisse, les écarts demeurent entre classes sociales. L’uniformisation est finalement trompeuse et le fait de ne pas fumer demeure un critère de distinction sociale.


Fumer ou pas, une inégalité ?
La proportion de fumeurs par catégorie sociale peut-elle être considérée comme une inégalité ? Pour les milieux de la santé, c’est une évidence : fumer nuit gravement à la santé et ceux qui fument se mettent en danger. Pour autant, de nombreux fumeurs tirent un grand plaisir de leur consommation de tabac et considèrent le risque comme mineur par rapport à l’agrément de la cigarette. La question est de savoir si chacun est en capacité de mesurer le risque à sa juste valeur, d’agir en connaissance de cause. Quoi qu’il en soit, notre choix de publier ce tableau - comme bien d’autres - relève d’un parti pris sanitaire subjectif.

Photo / © prudkov - Fotolia.com

Notes

[1« La consommation de tabac en France en 2014 : caractéristiques et évolutions récentes », Inpes, Évolutions n°31, janvier 2015 et « Le tabagisme en France. Analyse de l’enquête Baromètre santé 2010 », Inpes, coll. Baromètres santé, 2013.

[2Lire « Entre les cadres et les ouvriers, la consommation classe toujours », Centre d’observation de la société, mai 2015.

Date de rédaction le 7 février 2017

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

Les maladies professionnelles touchent les moins qualifiés

27 juin 2017
Le nombre de patients souffrant de maladies professionnelles reconnues est 37 fois plus élevé chez les ouvriers que chez les cadres. Les femmes des catégories populaires sont particulièrement touchées par les troubles musculo-squelettiques.

Les sports d’hiver, une pratique de privilégiés

3 février 2017
40 % des cadres partent en vacances l’hiver au moins une fois tous les deux ans, contre 9 % des ouvriers. Seuls 8 % des Français partent au ski au moins un an sur deux.

Du club de sport au lave-vaisselle : les dépenses différenciées des catégories sociales

7 novembre 2016
43 % des cadres sont abonnés à un journal, contre à peine un cinquième des ouvriers. 53 % des premiers adhèrent à un club de sport contre 30 % des seconds. Si l’équipement en électroménager s’est quant à lui démocratisé, les catégories sociales n’ont ni les mêmes moyens, ni les mêmes habitudes en matière de dépenses.

Qui va partir en vacances ?

28 juillet 2016
80 % des cadres supérieurs partent en congés chaque année, contre 50 % des ouvriers. Et encore, entre catégories, on ne part ni aussi souvent, ni aussi longtemps, ni dans les mêmes conditions.

Santé bucco-dentaire des jeunes : le poids de l’origine sociale

15 mars 2016
Près d’un enfant d’ouvriers sur cinq a des dents cariées non soignées en classe de CM2, contre 8 % d’enfants de cadres supérieurs. Le milieu social d’origine joue un rôle important en matière de santé bucco-dentaire.

Les inégalités d’espérance de vie entre les catégories sociales se maintiennent

23 février 2016
A 35 ans, un homme cadre supérieur a une espérance de vie de 49 ans, un ouvrier, de 42 ans, soit six ans d’écart. Chez les femmes, la différence est deux fois moindre.

L’obésité chez les jeunes : le poids du milieu social

6 octobre 2015
En grande section de maternelle, 5,8 % des enfants d’ouvriers sont obèses. C’est 4,5 fois plus que pour les enfants de cadres supérieurs. Cet écart se retrouve tout au long de la scolarité.

Un accès au livre profondément inégal selon les milieux sociaux

27 novembre 2014
70 % des ouvriers n’ont lu aucun livre sur une année, contre 20 % des cadres supérieurs.

Couples : on se marie toujours entre même catégorie sociale

26 septembre 2014
78 % des ouvriers vivent avec une ouvrière ou une employée, contre 3 % avec une femme cadre supérieure. Le choix du conjoint reste lié à la position sociale.

Obésité et milieux sociaux

24 avril 2013
Deux fois plus d’adultes obèses chez les artisans, commerçants, agriculteurs, ouvriers et employés que chez les cadres supérieurs. L’obésité ne touche pas de la même façon les catégories sociales.

FERMER