Revenus, niveau de vie, patrimoine



Le nombre d’allocataires de minima sociaux baisse enfin

13 mai 2016 - Quatre millions de personnes sont allocataires de minima sociaux, dont 1,8 million touchent le RSA. Avec les ayants droit, un peu plus de six millions de personnes vivent de ce type de prestations. Pour la première fois depuis quinze ans, ces chiffres sont en légère baisse depuis fin 2015.


1,8 million de personnes percevaient le RSA socle (voir encadré) fin 2016. Elles sont 500 000 de plus qu’en 2008, soit une hausse de 39 % sur l’ensemble de la période. Mais depuis la fin 2015, ce nombre baisse. Au cours de l’année 2016, on a enregistré 82 000 allocataires de moins, soit une baisse de 4,3 %. De la même façon que la hausse du nombre d’allocataires avait progressé sous l’effet de la montée du chômage, la légère reprise du marché du travail se traduit au niveau des minima sociaux.

Ce changement constitue une bonne nouvelle. Pour autant, au rythme actuel, il faudrait encore six ans avant de revenir simplement à la situation de 2008. Tout au plus peut-on dire qu’il y a un signe de stabilisation ou de légère amélioration pour les plus pauvres. Le pire a été évité, mais la France n’est pas encore entrée dans une vraie phase d’inversion de la situation.


Graphe plein écranGraphe plein écran       Plus de donnéesPlus de données
*Nombre de titulaires du RMI et de l'API jusqu'en 2009, puis du RSA socle. Chiffres pour décembre de chaque année.
Montant du RSA socle au 01/01/2017 : 535 euros pour une personne seule sans enfant, 963 euros pour une personne seule avec deux enfants, 1 145 euros pour un couple avec deux enfants. On déduit de ce montant un forfait logement (64 euros pour une personne seule) pour ceux qui sont hébergés gratuitement ou perçoivent les allocations logement.

Quatre millions d’allocataires de minima sociaux

Le nombre d’allocataires de minima sociaux (comprenant notamment le RSA, les minima pour les personnes âgées, les adultes handicapés et les chômeurs en fin de droit) s’établit à 4,1 millions pour l’année 2015 contre 3,3 millions en 2000, soit une hausse de 24 %. En comptabilisant les ayants droit (conjoints, enfants...), plus de six millions d’individus vivent d’une allocation relevant de ce dispositif. Sans ce système de protection sociale, des centaines de milliers de familles vivraient avec peu ou pas de ressources dans des conditions misérables.

L’augmentation du nombre d’allocataires de minima sociaux résulte de plusieurs phénomènes. D’abord de la dégradation de l’emploi et de la situation sociale en général, mais aussi du sort des personnes âgées. Le nombre d’allocataires du minimum vieillesse avait fortement diminué du milieu des années 1990 au milieu des années 2000 du fait de l’amélioration des carrières des femmes. Elles disposent de plus en plus souvent de retraites qui, tout en restant inférieures à celles des hommes, sont supérieures au minimum vieillesse. Mais comme l’a montré le Centre d’observation de la société, ce n’est plus le cas depuis la fin des années 2000 : l’activité des femmes plafonne et, en général, davantage de salariés achèvent leur vie professionnelle avec une carrière qui a subi les effets de la crise (chômage, précarité, interruption d’activité, etc.), ce qui se répercute sur le niveau de leurs pensions.

Nombre d'allocataires de minima sociaux
2000
2005
2010
2015
Revenu de solidarité active1 267 1001 495 6001 544 1001 945 900
Allocation adulte handicapé710 900801 000915 0001 062 300
Allocation invalidité (personnes âgées)104 400112 60087 70077 900
Allocation de solidarité spécifique447 000401 600355 400472 700
Allocation d'insertion
ou allocation temporaire d'attente
32 20034 60043 00012 600 (*)
Allocation transitoire de solidarité41 50049 4006 400
Minimum vieillesse765 900609 400576 300554 400
Allocation veuvage15 0006 8006 4007 700
Revenu de solidarité (DOM)10 00013 1009 200
Ensemble3 342 5003 513 1003 590 4004 149 100 (*)
(*) Rupture de série : fin 2015, l’allocation pour demandeur d’asile remplace l’allocation temporaire d’attente. Le nombre de ses bénéficiaires n’étant pas disponibles à ce jour, il n’est pas inclus ici.
Source : ministère des Affaires sociales - © Observatoire des inégalités

Photo / © Rossella - Fotolia.com

Date de rédaction le 8 avril 2013

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

Valeurs : les Français soutiennent massivement les plus pauvres

24 février 2017
Dans leur immense majorité, les Français restent solidaires des plus pauvres et soutiennent les politiques sociales. La stigmatisation des « assistés », la « fin de la compassion » ou la « pauvrophobie » ne sont le fait que d’une minorité. Une analyse du Centre d’Observation de la société.

Un million de pauvres de plus en dix ans

20 décembre 2016
La France compte entre 5 et 8,8 millions de pauvres selon la définition adoptée. Entre 2004 et 2014, le nombre de personnes concernées a augmenté d’un million, principalement sous l’effet de la progression du chômage. Un changement majeur dans notre histoire sociale.

Les seuils de pauvreté en France

6 septembre 2016
En France, un individu est considéré comme pauvre quand ses revenus mensuels sont inférieurs à 840 ou 1 008 euros selon le seuil de pauvreté adopté.

C’est quoi, être pauvre ?

12 février 2016
La pauvreté est une question de revenus, mais aussi de conditions de vie. Etre pauvre, c’est également être victime de privations matérielles. Près de 13 % des Français sont dans ce cas.

Un million de travailleurs pauvres en France

17 décembre 2015
Un million de travailleurs vivent avec à peine plus de 800 euros par mois notamment du fait du temps partiel contraint.

La misère persiste en France, l’un des pays les plus riches au monde

17 octobre 2015
La France compte deux millions de personnes vivant avec moins de 667 euros par mois, 3,8 millions de mal-logés et 3,9 millions de bénéficiaires de l’aide alimentaire. La grande pauvreté persiste en France.

La pauvreté selon le type de ménage

29 mai 2015
20 % de personnes vivant dans une famille monoparentale sont pauvres contre 7 % de celles vivant dans un couple avec un ou plusieurs enfants. La pauvreté varie selon la composition de la famille.

La pauvreté selon l’activité

29 mai 2015
La moitié des personnes pauvres sont inactives ou retraitées. 3 % des salariés sont pauvres mais ils représentent près de 21 % de l’ensemble des plus modestes.

La pauvreté selon l’âge

9 janvier 2015
Un peu plus de la moitié des personnes pauvres a moins de 30 ans. Les plus de 60 ans sont moins touchés mais ils ont peu d’espoir, contrairement aux moins âgés, de voir leur situation s’améliorer.

La pauvreté selon le sexe

26 novembre 2013
Le taux de pauvreté féminin était de 8,2 % en 2011, tous âges confondus, contre 7,7 % pour les hommes. Après 75 ans, il y a deux fois plus de femmes pauvres que d’hommes.

FERMER