A qui profitent les inégalités ?

13 janvier 2009 - Les inégalités profitent aux plus favorisés, qu’il s’agisse des plus aisés ou des plus diplômés notamment.


Par définition, les inégalités profitent... aux catégories les plus favorisées : les revenus élevés, les mieux diplômés, les mieux placés dans l’emploi, les hommes, les « français de souche », les générations qui ont profité des Trente glorieuses, etc. Ces catégories ont toujours pour intérêt à transformer les « inégalités » en « différences » (voir « Qu’est-ce qu’une inégalité ? ») ou à relier ces écarts à leur « mérite » personnel (voir « Existe-t-il des inégalités « justes » ? ») pour légitimer leur situation. C’est ainsi que les femmes sont destinées à faire le ménage et s’occuper des enfants, les jeunes sous-payés du fait de leur inexpérience, etc. Il y a parfois du vrai, mais pas toujours : toute la difficulté est de faire la part des choses...

Dans le domaine des revenus, les couches supérieures vivent de mieux en mieux. Les revenus de certains sont démesurés (voir notre article), ils peuvent atteindre plusieurs siècles de Smic par an. Certains secteurs, de l’industrie du luxe aux cours de soutien scolaire bénéficient directement de l’accroissement des écarts de niveau de vie  . Pour les particuliers, ce sont des écarts de revenus importants, associés à de fortes subventions publiques (en diminutions d’impôt) qui permettent l’emploi de femmes de ménage ou de jardiniers... Bref, la réouverture des inégalités fait que les mieux lotis vivent encore mieux.

Mais les bénéficiaires des inégalités ne sont pas seulement une poignée de stars ou de PDG très très riches. A l’école, les catégories diplômées tirent profit d’un système éducatif inégal, qui leur est taillé sur mesure : les programmes, les formes de l’enseignement et de l’évaluation, le poids des différentes matières... L’enseignement français est particulièrement proche de la culture des plus diplômés. A l’inverse, la décision de créer des filières de plus en plus précoces - la remise en cause du collège unique - pénalise les enfants issus des familles défavorisées, orientés trop tôt vers des filières qui conduisent à des positions sociales moins favorables.

Dans le domaine de l’emploi enfin, l’ampleur du chômage débouche sur l’existence d’un important volant de travailleurs non qualifiés disponible, ce qui bénéficie aux entreprises. Il maintient la pression sur les salariés en place, limite les revendications salariales et « garantit » la présence d’une main d’œuvre flexible.

Photo / © Pixinoo - Fotolia.com

Date de rédaction le 13 janvier 2009

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

Les classes sociales, un outil indispensable pour comprendre les inégalités

21 février 2017
Les inégalités se creusent, et pourtant on oublie de plus en plus souvent la question des classes sociales. Celle-ci est pourtant indispensable si l’on veut comprendre les formes de dominations de notre société. Une analyse du sociologue François Dubet, extraite de la Revue Française de Socio-Economie.

Prendre (enfin) en compte le malaise des classes populaires et moyennes

14 février 2017
Les politiques publiques doivent d’urgence répondre au malaise des classes populaires et moyennes. En agissant sur deux grands leviers : réformer l’école et s’attaquer au poids des hiérarchies dans le monde du travail. Par Valérie Schneider de l’Observatoire des inégalités.

Prix « Jeunesse pour l’égalité » 2017 : la liste des nominés

13 février 2017
L’Observatoire des inégalités publie la liste des nominés pour le Prix « Jeunesse pour l’égalité » 2017. Et maintenant, en route pour la remise des prix le 22 mars prochain.

Inégaux face à la pollution : tout commence au travail

20 septembre 2016
Près d’un salarié sur trois respire des fumées ou des poussières ou est en contact avec des produits dangereux pour sa santé sur son lieu de travail. Un sur dix est exposé à au moins un produit cancérogène. Ce sont d’abord les travailleurs des milieux populaires qui subissent ces nuisances. Par Valérie Schneider.

Participe au Prix « Jeunesse pour l’égalité » 2016-2017 ! « Tous égaux ? »

12 septembre 2016
À vos caméras, appareils photo, téléphones, ordinateurs… ! L’Observatoire des inégalités lance la quatrième édition du Prix « Jeunesse pour l’égalité », un concours de communication visuelle ouvert aux jeunes de 11 à 25 ans sur le thème « Tous égaux ? ».

La jeunesse face aux inégalités : une formation pour mieux comprendre

9 septembre 2016
Le 11 octobre prochain, l’Observatoire des inégalités organise à Paris une formation sur le thème « La jeunesse face aux inégalités ». Objectif : mieux comprendre les réalités des jeunes d’aujourd’hui.

« Que faire contre les inégalités ? » : la campagne continue

19 août 2016
Avec plus de 20 000 euros collectés, notre seconde campagne de financement participatif est un nouveau succès. L’Observatoire des inégalités vous remercie et vous en dit un peu plus sur ses projets.

Les plus aisés sont davantage aidés pour partir en vacances

28 juillet 2016
De nombreuses aides existent pour partir en vacances mais elles ne réduisent que faiblement les inégalités entre catégories sociales. En cause : les différences de statut dans l’emploi, la taille de l’entreprise pour les salariés, mais aussi le réseau social, le niveau de vie ou le diplôme. Par Valérie Schneider.

Quelle politique pour réduire les inégalités ?

7 juin 2016
De l’école au monde du travail, en passant par l’accès aux soins ou au logement, la France, l’un des pays les plus riches au monde, a les moyens de s’attaquer aux inégalités. Encore faudrait-il en avoir la volonté politique. Par Louis Maurin et Nina Schmidt, de l’Observatoire des inégalités. Extrait de l’ouvrage « Que faire contre les inégalités ? 30 experts s’engagent (...)

Inégalités : pourquoi autant d’écart entre les discours et les actes ?

11 mai 2016
Les inégalités sont à la mode dans le discours politique, mais les décisions ne sont pas à la hauteur. Comment expliquer l’hypocrisie actuelle ? Le point de vue de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités.

FERMER