Education



L’allongement inégal des scolarités

26 août 2014 - Les 10 % d’élèves sortis le plus tôt du système scolaire l’ont quitté à 17 ans, contre 26 ans pour les 10 % sortis le plus tard. Depuis le milieu des années 1990, les inégalités de durée de scolarité augmentent.


Les inégalités de durée de scolarité augmentent. Pour le mesurer, on classe par tranche de 10 % les jeunes qui quittent le système scolaire en fonction de leur durée de scolarité. Entre le milieu des années 1980 et 2015, cette durée s’est accrue de quatre années pour le dixième qui a été le plus longtemps à l’école (de 22,2 à 26,3 ans), contre 1,4 année (de 15,7 à 17,1 ans) pour le dixième qui a connu le parcours le plus court, selon les calculs réalisés pour l’Obervatoire des inégalités par le sociologue Pierre Merle, d’après les données du ministère de l’Education.

Plusieurs phases distinguent cette période. Entre le milieu des années 1980 et le milieu des années 1990, les scolarités se sont allongées pour tous, mais davantage en haut de la hiérarchie qu’en bas. L’âge maximal de sortie des 10 % sortis le plus tôt au progressé d’un an et demie, mais celui des 10 % sortis le plus tard de deux ans et demie. Par la suite, entre le milieu des années 1990 et la fin des années 2000 l’âge de sortie a stagné pour ceux qui quittent l’école le plus tôt a continué à progresser pour ceux qui quittent l’école le plus tard. Au cours de la période, l’écart entre ces catégories est passé de 7,6 à 9,3 ans. Une partie de cet écart s’explique par la baisse des redoublements, qui ont touché surtout ceux qui ont des scolarités courtes.
Enfin, on note une stabilisation entre 2009-2010 et 2014-2015.

Ceux qui quittent l’école le plus tôt l’ont fait vers 17 ans en 2015, alors que ceux qui sortent le plus tard l’ont fait vers 26 ans. Neuf années d’enseignement séparent ces deux groupes, contre 6,5 années au milieu des années 1980. Ces données en disent long tout d’abord sur les jeunes, dont les situations diffèrent fortement selon qu’ils sont ou non entrés dans le monde du travail. Elles montrent aussi comment qu’une part encore plus grande de l’argent public profite à la scolarisation des plus favorisés, alors que celle des moins formés connaît assez peu d’évolution.

Age de sortie du système scolaire
Unité : années
1985-1986
1996-1997
2005-2006
2009-2010
2014-2015
Age maximal de sortie des 10 % sortis le plus tôt15,717,217,217,017,1
20 % sortis le plus tôt16,818,317,917,917,8
30 % sortis le plus tôt17,319,118,718,618,5
40 % sortis le plus tôt17,819,719,419,419,3
50 % sortis le plus tôt18,220,520,320,220,3
60 % sortis le plus tôt18,821,321,221,221,4
70 % sortis le plus tôt19,522,322,422,422,6
20 % sortis le plus tard20,323,324,523,623,7
10 % sortis le plus tard22,224,825,426,326,3
Rapport entre l'âge de sortie des 10 % sortis le plus tard et celui des 10 % sortis le plus tôt1,411,441,481,551,54
Ecart entre l'âge de sortie des 10 % sortis le plus tard et celui des 10 % sortis le plus tôt6,57,68,29,39,2
Lecture : ce tableau représente la répartition des personnes qui quittent l'école par tranche de 10 %. Les 10 % sortis le plus tôt ont quitté l'école à 15,7 ans au maximum en 1985-1986 et 17,1 ans en 2014-2015.
Source : Pierre Merle d'après les données du ministère de l'Education nationale - © Observatoire des inégalités

Pour en savoir plus :

  • Pierre Merle, La ségrégation scolaire, coll. « Repères », éd. La Découverte, 2012, 126 p.
  • Pierre Merle, La démocratisation de l’enseignement, coll. Repères, éd. La découverte, nouvelle édition 2009.

Photo / © yanlev - Fotolia.com

Date de rédaction le 25 août 2009

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

De moins en moins de jeunes sans diplôme

15 juillet 2016
9 % des 18-24 ans ont quitté l’école avec, au maximum, le brevet. Ils étaient 41 % en 1978. Article extrait du Centre d’observation de la société.

16 % de la population a un diplôme supérieur à bac +2

31 mai 2016
16 % de la population dispose d’un diplôme supérieur à bac +2 et 25 % détient au mieux le certificat d’études primaires. On est loin de la vision d’une société où le diplôme du supérieur serait la norme.

L’effort de la collectivité nationale par niveau d’enseignement et par élève

30 avril 2014
Un étudiant à l’université coûte en moyenne 10 940 euros par an à la collectivité contre 15 020 euros pour un élève de classe préparatoire aux grandes écoles.

FERMER