Conditions de vie



Des ménages inégaux face aux dépenses énergétiques

14 décembre 2010 - La facture énergétique pèse beaucoup plus lourd pour les familles modestes. Elles y consacrent 15 % de leur budget contre 6 % pour les plus aisés.


Les ménages les plus pauvres consacrent 14,9 % de leur budget aux dépenses énergétiques [1] selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), tandis que celles-ci ne représentent que 5,9 % des dépenses des ménages les plus riches.

Cet écart s’explique par plusieurs facteurs. Tout d’abord, les surfaces des logements - et donc les dépenses de chauffage ou d’éclairage qui y sont liées - n’augmentent pas de façon tout à fait proportionnelle aux revenus. Les catégories les plus aisées dépensent davantage en valeur absolue, mais rapporté à leur budget cela représente moins. Les plus démunis sont aussi logés plus souvent dans des habitations coûteuses en énergie (logements anciens, logements sociaux non réhabilités), à l’origine de dépenses supérieures à celles des immeubles respectant des normes d’isolation plus strictes. Entre 1985 et 2006, les ménages les 20 % les plus pauvres ont vu leur taux d’effort énergétique pour le logement passer de 118 à 129 (par rapport à un indice moyen de 100) tandis que pour les 20 % les plus riches, ce taux a baissé de 83 à 81. Notamment parce que les seconds ont été aidés par des mesures fiscales à mieux isoler leur habitation.

Le lieu de résidence est aussi un facteur de disparités. Compte tenu des prix élevés de l’immobilier en centre-ville, les personnes les moins aisées et les couches moyennes ont cherché à se loger à la périphérie des grandes villes, souvent sans autres moyens de locomotion que leur voiture. Les catégories dépendantes de l’automobile subissent de plein fouet la hausse des prix des produits pétroliers, ce qui pèse sur leur niveau de vie  . Selon l’Ademe, la part des dépenses énergétiques dans le budget d’un citadin reste inférieure de près d’un quart à celle d’un rural. Les carburants représentent 4,5 % du budget total d’un habitant en milieu rural, contre 2 % de celui d’un Parisien qui dispose d’un vaste réseau de transports en commun et se trouve plus souvent à proximité des commerces ou de son emploi notamment. Habiter en milieu rural ou dans l’espace périurbain [2] demande aussi un taux d’effort énergétique pour le logement plus important que dans les centres-villes. En se fondant sur un effort moyen de 100, l’indice est de 144 pour les ruraux en 2006 (121 en 1985), de 83 en centre-ville (92 en 1985), hors Paris.

Part des dépenses énergétiques des ménages
selon le revenu et le lieu de résidence, en % du revenu net d'impôt
Unité : %
2006
Selon le revenu
20 % des ménages les plus modestes14,9
Entre 20 et 40 %11,4
Entre 40 et 60 %10
Entre 60 et 80 %8,6
De 80 à 100 % (20 % des ménages les plus aisés)5,9
Selon le lieu de résidence
Milieu rural11,8
Petites villes10,3
Villes moyennes9
Grandes villes9
Agglomération Paris5,9

Source : Ademe, Insee - Enquête budget des ménages 2006
Dépenses des ménages par type d'énergie
selon leur niveau de revenu net d'impôt
Unité : %
Electricité
Gaz
Combustibles liquides
Combustibles solides
Carburants et lubrifiants
Les 20 % des ménages les plus pauvres5,91,22,90,34,6
De 20 à 40 %4,20,91,90,34,1
De 40 à 60 %3,50,81,50,24,1
De 60 à 80 %3,00,71,20,13,6
Les 20 % des ménages les plus riches2,20,40,80,12,4

Source : Ademe, Insee - Enquête budget des ménages 2006
Evolution de l'effort énergétique pour le logement selon le type de ménage rapporté à l'effort moyen
1985
2006
Indice moyen100100
Selon le lieu de résidence
Pôle urbain de Paris7569
Centre-ville9283
Banlieue10196
Périurbain123123
Espace à dominante rurale121144
Selon le revenu
Les 20 % les plus pauvres118129
De 20 à 40 %115118
De 40 à 60 %104103
De 60 à 80 %9694
Les 20 % les plus riches8381
Lecture : les ménages les 20 % les plus pauvres avaient en 1985 un taux d'effort énergétique pour le logement 18 fois supérieur au taux moyen. En 1986, il est de 29 fois plus.
Source : Insee, Ménages métropolitains

En savoir plus :

  • Stratégies et études n°11, une publication de l’Ademe :
    PDF - 467 ko

Photo / © iamtheking33 - Fotolia.com

Notes

[1Ces dépenses regroupent l’électricité, le gaz, les combustibles liquides et solides, les carburants et lubrifiants.

[2Espace périurbain : habitat individuel en
périphérie des grandes villes.

Date de rédaction le 14 décembre 2010

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

Les homosexuels victimes de discriminations dans leur famille

3 février 2017
Les discriminations touchent de plein fouet les homosexuels, y compris, même si on en parle beaucoup moins, au sein de leur famille.

Qui a eu son iPhone 7 à Noël ?

23 décembre 2016
Les inégalités d’accès aux nouvelles technologies diminuent très nettement, notamment entre catégories sociales. Reste que 15 % de la population n’utilise pas Internet et que la moitié ne fréquente pas les réseaux sociaux.

Du club de sport au lave-vaisselle : les dépenses différenciées des catégories sociales

7 novembre 2016
43 % des cadres sont abonnés à un journal, contre à peine un cinquième des ouvriers. 53 % des premiers adhèrent à un club de sport contre 30 % des seconds. Si l’équipement en électroménager s’est quant à lui démocratisé, les catégories sociales n’ont ni les mêmes moyens, ni les mêmes habitudes en matière de dépenses.

L’homophobie reste présente dans la société française

28 juin 2016
SOS homophobie a reçu 1 318 témoignages de victimes de discriminations du fait de leur orientation sexuelle en 2015. Principalement dans des contextes de la vie quotidienne.

FERMER