Questions clés


Quel rôle joue la dynamique de l’évolution des inégalités ?

Les questions clés

Quelle est la différence entre inégalité sociale et discrimination ?

En pratique, il est souvent difficile de démêler ce qui relève de la discrimination entre des individus du fait de certaines de leurs caractéristiques et ce qui relève des inégalités entre leurs milieux sociaux d’origine.

Qu’est-ce qu’une inégalité ?

Toutes les pratiques ne peuvent s’interpréter comme des inégalités. Mais cet argument sert souvent à justifier des situations de domination.

Les inégalités augmentent-elles ?

En France, il est difficile de répondre sérieusement à la question de l’évolution des inégalités.

A qui profitent les inégalités ?

Les inégalités profitent aux plus favorisés, qu’il s’agisse des plus aisés ou des plus diplômés notamment.

Une société égalitaire est-elle une bonne société ?

L’égalité n’est pas la seule valeur à défendre. La coopération, la solidarité, contribuent aussi à la cohésion sociale et à l’intérêt général.

Peut-on rendre la société plus juste ?

Sans attendre un changement radical du fonctionnement de la société, on peut agir pour l’égalité des chances, mais aussi promouvoir la coopération plus que la compétition.

Quel rôle joue la dynamique de l’évolution des inégalités ?

Les inégalités peuvent paraître plus supportables si elles tendent à se réduire. Cette dynamique s’est arrêtée, rendant plus aigüe la perception des inégalités.

Le respect de l’égalité s’oppose-t-il à la liberté des individus ?

Distinguer l’égalité de l’identité permet de comprendre qu’une véritable réalisation de l’égalité sociale n’est pas un danger pour la liberté individuelle.

Faut-il des discriminations positives ?

Quand le mérite sanctionne des privilèges plus que l’effort personnel, l’idée de discrimination positive est renforcée.

Existe-t-il des inégalités « justes » ?

Nos sociétés ne recherchent pas l’égalité tout court, mais bien l’égalité « juste ». Pas facile à définir.

Qu’est-ce que l’équité ?

On utilise souvent ce concept à la place de celui d’égalité. Pourtant ce n’est pas exactement la même chose.

Les inégalités peuvent paraître plus supportables si elles tendent à se réduire. Cette dynamique s’est arrêtée, rendant plus aigüe la perception des inégalités.


La perception des inégalités dépend autant de leur évolution que de leur niveau. Des écarts assez élevés peuvent être jugés plus « acceptables », s’ils tendent à se réduire. En matière d’espoirs collectifs, la dynamique de la société compte pour beaucoup. Une partie du malaise actuel tient justement à l’arrêt de cette dynamique.

Concrètement, que se passe-t-il ?

  • La pauvreté, qui n’avait cessé de diminuer dans les années 70 et 90, stagne depuis le milieu des années 90 et frappe de plus en plus des populations jeunes.
  • Les écarts entre catégories sociales se creusent. Au milieu des années 50, les cadres touchaient en moyenne quatre fois plus que les ouvriers, mais compte-tenu de la progression des salaires, les ouvriers pouvaient compter rattraper le niveau de vie   des cadres, au bout de 30 ans. Aujourd’hui, les cadres touchent environ 2,7 fois le salaire des ouvriers, mais les salaires augmentent beaucoup moins vite. Il faut désormais deux siècles aux seconds pour espérer rejoindre les premiers.
  • L’ascenseur social fonctionne moins bien qu’avant. Les couches sociales moyennes sont composées pour partie de catégories issues de milieux parfois très modestes, qui ont progressé par leur travail et grâce à la forte croissance des trente glorieuses. Leurs enfants, eux, naviguent entre les stages plus ou moins sérieux, les CDD et le chômage, bref n’arrivent pas à rééditer la même évolution, voire même reviennent une case en arrière. De même une partie du ressentiment de la jeunesse défavorisée vient du manque d’avenir qui lui est proposé : les jeunes savent qu’il existe d’autres modes de vie, mais ils savent aussi qu’ils ne sont pas pour eux.

Photo / © adisa - Fotolia.com

Date de rédaction le 26 octobre 2006

Dernière révision le 17 septembre 2014

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

FERMER